Partitions gratuites

La partition « Nous sommes les troufions »


Téléchargez la partition de Nous sommes les troufions, chanson créée par Polin de Louis Despax et Christiné.
Partition gratuite en PDF

Nous sommes les troufions Partition gratuite

Commentaires

Laissez votre adresse email si vous souhaitez une réponse

Nom ou pseudo :


Adresse Email (facultatif) :


Anti-spam. Combien font operation





Paroles

1. Dans le beau métier militaire
Le dimanche pour se distraire
On va s'prom'ner l'long des trottoirs
Jusqu'à l'heur' de la soup' du soir.
Alors on regarde aux terrasses
Les gens qui mangent des choses cocasses
On se dit : Ça doit être fameux
Et on en mange avec les yeux
Ça nous donne faim et en rentrant...
On trouve le tara épatant.

Nous sommes les pauvres trouffions
Qui dans la poche n'ont pas l'rond
Marchant mélancoliquement
Nonchalamment
Et quand on pass' devant les restaurants,
Au ceinturon nous ajoutons deux crans
Nous reniflons
Puis nous r'partons
Nous sommes les pauvres trouffions.

2. Des fois, le printemps nous enflamme,
Et quand on voit une bell' femme,
Derrière elle on emboîte le pas
On s'dit : Vas-y... mais on n'ose pas...
Ell' nous regarde... on se rapproche
Mais v'là qu'on tâte au fond d'sa poche
Les pauvres cinq sous qu'on vient d'toucher
On s'dit : Vraiment, c'est pas assez !
Et tristement, on fait d'mi tour
En soupirant : Adieu l'amour !

Nous sommes les pauvres trouffions
Qui dans la poche n'ont pas l'rond
Marchant mélancoliquement
Nonchalamment
Devant les femmes on s'arrête souvent
Pour comparer le derrière et l'devant...
Nous les r'gardons, puis nous r'partons
Nous sommes les pauvres trouffions.

3. Un soir d'hiver, une pauvre mère
Me dit : Monsieur le militaire
J'ai pas mangé d'puis hier matin
Et ma goss' se meurt de faim....
C'que j'avais sur moi, on l'devine,
C'était pour boire à la cantine.
Mais rien qu'de voir une femme en pleurs,
Moi, ça me chavire le coeur...
J'aurais voulu donner vingt sous
Mais j'les ai jamais eus d'un coup.

Nous sommes les pauvres trouffions
Qui dans la poche n'ont pas l'rond
Marchant mélancoliquement
Nonchalamment
Et quand un malheureux nous tend la main
On lui dit : j'vais partager en copain.
Je n'ai qu'quatr' sous, tiens, v'la deux ronds
Nous sommes les pauvres trouffions.