Partitions gratuites

La partition « La dernière lettre du Petit Bleu »

Un texte touchant... fortement discutable lorsqu'il s'agit de comparer les dieux mais touchant toutefois.


Partition gratuite en PDF

La dernière lettre du Petit Bleu Partition gratuite

Commentaires

Laissez votre adresse email si vous souhaitez une réponse

Nom ou pseudo :


Adresse Email (facultatif) :


Anti-spam. Combien font operation





Paroles

1. Maman, au fond de la tranchée,
Je griffonne ce petit mot :
Il pleut, la terre est détrempée,
Nous barbotons, les pieds dans l'eau.
Mais, dans le firmament que veille
La brume épaisse, un carré bleu
Laisse apercevoir une étoile :
Je pense à Dieu, je pense à Dieu

2. En face, à vingt pas sont les Boches,
On entend leurs rires et leurs cris.
Parfois sur ce quartier de roche,
Ricoche un pruneau mal appris.
Souvent un schrapnell qui s'égare,
Culbute un parapet, un pieu :
Ils prient, tandis que l'on répare,
Leur vieux bon Dieu, leur vieux bon Dieu.

3. Le nôtre est meilleur, ô mère,
C'est le Dieu d'amour, de pardon,
Ce n'est pas l'être sanguinaire
Que Von Kluck chante à sa façon.
Ils ne l'ont pas, en Allemagne,
Où pourtant l'on se fit pieux,
Le bon Dieu de notre campagne,
Le vrai bon Dieu, le vrai bon Dieu.

4. C'est près de la mort qu'on y pense :
On revoit son cher vieux clocher,
En gardant au coeur l'espérance
De l'entendre encore vibrer...
Quand l'Angélus y sonne, à mère !
Songe à ton pauvre petit fieu :
Prie, afin d'abréger la guerre,
La Vierge et Dieu, la Vierge et Dieu.

5. Le lieutenant vient de nous dire :
"Dans une heure, enfants, c'est à nous :
A la fourchette, ah! l'on va rire !
Moi je me suis mis à genoux.
Le boyau n'est pas une église,
Mais pour prier, que fait le lieu ?
Le coeur pur et l'âme soumise,
J'espère en Dieu, j'espère en Dieu.

6. Ma mère, c'est fini, sois forte,
Je suis touché, je vais mourir,
Mais si la France vit, qu'importe ?
L'aumônier vient me bénir...
Sur le panier la tache sombre,
C'est de mon sang, un peu, très peu...
La mort vient, j'ai senti son ombre...
Pitié mon Dieu, pitié mon Dieu !

POST-SCRIPTUM DE L'AUMÔNIER (parlé)
7. Madame, j'ai vu tomber Pierre,
Mort en chrétien au champ d'honneur.
Il n'était pas fait pour la terre,
Et du mal seul il avait peur.
Coeur bien français, âme très pure
Il a pris son vol pour les cieux
Il est maintenant, je le jure,
Près du bon Dieu, près du bon Dieu.