Partitions gratuites

La partition « Le roi là-haut est sur son trône »


Téléchargez la partition de Le roi là-haut est sur son trône.
Chanson traditionnelle auvergnate
Partition avec accords de guitare
Partition gratuite en PDF

Le roi là-haut est sur son trône Partition gratuite

Commentaires

Laissez votre adresse email si vous souhaitez une réponse

Nom ou pseudo :


Adresse Email (facultatif) :


Anti-spam. Combien font operation





Infos

Source : Joseph Canteloube, Anthologie des chants populaires, Auvergne.

Paroles

1. Le roi là-haut est sur son trône,
Tenant sa fille en son giron,
Tenant sa fille en son giron :
— Ma fille, n'aime pas Déon !

2. Ce beau Déon est un garçon,
Le plus pauvre des environs;
C'est le plus pauvre cavalier
Qui n'a pas de cheval pour monter !

3. — J'aime Déon pour sa beauté,
J'aime Déon, je l'aimerai !
Je l'aime plus que mes parents
Et plus que vous qui m'aimez tant !

4. Le Roi ordonne à son garçon
De mettre sa fille en prison
Dans la plus basse de ses tours,
Qu'elle n'y voie ni ciel ni jour !

5. Elle y fut bien sept ans passés
Sans qu'son pèr' vint la visiter;
Au bout de sept années passées,
Son père vint la visiter.

6. Il lui dit : Bonjour, ma fill',
Comment vous portez-vous ici ?
— J'ai une plaie dans un côté
Et l'autre se meurt de regret !

7. N'avez-vous point quelques deniers,
Quelques deniers à me donner ?
Je les donn'rais au geôlier
Pour me faire desserrer les pieds !

8. — Ma fille, oui, nous en avons
Plus de deux cents, cinq cents millions
Que nous avons à te donner
Si ton amant tu veux quitter !

9. — Je pourrirai dedans la tour,
N'abandonn'rai pas mon amour !
— Dedans la tour tu pourriras,
De guérison tu n'auras pas !

10. La belle s'est laissée mourir,
Ell' s'est laissée ensevelir;
En terre ell' s'est laissée porter
Par quatre prêtr' et quinze abbés.

11. Les prêtres vont devant, chantant.
Le roi s'en va derrièr', pleurant;
Autant de prêtr', autant d'abbés,
Autant de moines couronnés.

12. Le beau Déon passa par là :
Arrêtez, prêtr',arrêtez-là !
Que je dise un Pater Noster
Pour ma mie dont j'ai tant regret !

13. Il prit son couteau d'argent fin
Et décousit le drap de lin;
En l'embrassant, fit un soupir
Et la belle fit un sourir'.

14. — Sonnez, trompettes et violons !
Ma fille aura le beau Déon !
Tout' fille qui a envie d'aimer,
Père et mèr' ne peuv' l'empêcher !