Partitions gratuites

La partition « Une jeune fillette »

6 versions disponibles ci-dessous :
Chant - Chant et piano
2 voix - 2 voix et piano
3 voix - 3 voix et piano

Partition de chant

Partition gratuite en pdf


Téléchargez la partition de Une jeune fillette.
Chanson Renaissance
Partition avec accords de guitare

Une jeune fillette Partition gratuite

Commentaires

Laissez votre adresse email si vous souhaitez une réponse

Nom ou pseudo :


Adresse Email (facultatif) :


Anti-spam. Combien font operation



lilou
Posté le 24 mars 2018 à 11h12

moi je voulais savoir si il y avait les définitions des paroles car ma prof me demande les définition et je ne trouve pas sur internet ni dans les dictionnaires.
Francis
Posté le 12 juillet 2017 à 06h36

Ok
Webmaster
Posté le 15 avril 2016 à 16h55

Merci
Elisabeth Calvet
Posté le 14 avril 2016 à 23h02

Merci, Jean-Baptiste,
ton site est génial.
Des fois, on n'y pense pas, mais les chansons sont la base de notre musique...
Et alors, pour la "jeune fillette", il y a des paroles en plus.
Je vais voir si je les trouve, elles sont très jolies.
A bientôt, et encore merci.
Elisabeth


Paroles

Une jeune fillette
de noble coeur,
Plaisante et joliette
de grand' valeur,
Outre son gre on l'a rendu' nonnette
Cela point ne luy haicte
dont vit en grand' douleur.

Vn soir apres complie
seulette estoit,
En grand melancolie
se tourmentoit,
Disant ainsi, douce Vierge Marie
Abregez moy la vie,
puisque mourir je doy.

Mon pauvre coeur
souspire incessament,
Aussi ma mort
desire journellement.
Qu'a mes parens ne puis mander n'escrire,
Ma beaute fort empire,
je vis en grand tourment.

Que ne m'a-t-on donnee
a mon loyal amy,
Qui tant m'a desiree
aussi ay-je moy luy,
Toute la nuict my tiendroit embrassee
Me disant la pensee
et moy la mienne a luy.

A Dieu vous dy mon pere,
ma mere e mes parens,
Qui m'avez voulu faire
nonette en ce couvent,
Ou il n'y a point de resjouissance,
Je vis en desplaisance
je n'attens que la mort.

La mort est fort cruelle
a endurer,
Combien qu'il faut par elle
trestous passer.
Encor'est plus grand mal que j'endure,
Et la peine plus dure
qu'il me faut supporter.

A Dieu vous dy
les filles de mon pays,
Puis qu'en cest' Abbaye
me faut mourir,
En attendant de mon Die la sentence,
Je vy en esperance
d'en avoir réconfort.