Partitions gratuites

← Accueil du forum / Discussions musicales diverses

Sujet - Le MP3 m'a tuer

Posté le 21 mars 2017 à 10h21 par


lionel93
Il est loin, le temps du premier cylindre, de Charles Cros. Depuis, d’autres techniques ont été pensées, et des – producteurs – s’en sont emparées pour pouvoir en tirer profit.

Le gramophone de Berliner, laissera bien vite la place à ce que l’on nomme encore aujourd’hui, le disque. Le premier 78 tours, ne pouvait contenir que cinq minutes d’enregistrement.

Très vite, c’est un procédé révolutionnaire qui permis l’arrivée dans les foyers du premier 33 tours. La matière n’était plus la même et l’unique sillon était gravé – ultra serré – pour avoir une capacité d’enregistrement plus grande.

Toutefois, le nouveau format 45 tours était un disque plus petit en diamètre et contenait moins de chansons. Souvent une par face.
Mais le progrès est toujours en marche. Il faut toujours du nouveau pour séduire le public qui ne demande que cela. Arrive donc le format CD avec une qualité de son encore jamais entendu. Ce n’est plus du – son – qui est gravé sur le support, mais des trous et des bosses.

Ces malformations à la surface constituent les deux seules valeurs du numérique, des 0 et des 1. C’est des suites de zéros et de uns qui donneront les sons, une fois qu’ils traverseront tout un système d’amplification. Jusque là, les producteurs pouvaient encore se frotter les mains, ils étaient les rois et l’argent coulait à flot dans leurs grandes poches. Mais voilà, il fallait toujours mettre plus de chansons sur les CD et des algorithmes de compression de l’audio ont vu le jour.

Des ingénieurs se sont penchés sur la façon de compresser les signaux tout en pensant qu’il fallait pouvoir faire l’inverse, c'est-à-dire la décompression, sans aucune perte de la qualité du son, tout en allant très vite dans cette opération. Dans le même temps, la musique n’intéressait pas que les mélomanes, mais aussi, les – pirates – du Net qui avec les premiers réseaux d’échanges transféraient la musique compressées. Le format qui avait été choisi était le Mp3. Et c’est par la vulgarisation de ce format, qu’il a été adopté par la plus grande majorité et pas que des pirates.

Le gros problème, c’est que l’industrie du disque, tous les ans, calculait ses pertes à l’échelle mondiale. Il n’était pas question de perdre la manne financière de la musique. Si les CD étaient trop bien sur le plan de la qualité sonore et facilement copiables, il fallait trouver des solutions. La première fut de faire la chasse à tous les sites qui diffusaient illégalement de la musique. La deuxième fut de surveiller les serveurs par lesquels transitaient les flux du P2P (Emule et les autres systèmes). La vente des CD n’a jamais remonté la pente. Les producteurs reviennent aux premiers vinyles avec le format 33 tours en espérant relancer la vente des supports. Mais le mal est fait.

Le Mp3 à tué l’industrie du disque.

Les chanteurs se produisent de plus en plus sur scène ou dans les médias pour diffuser leurs chansons. Les nouveautés se font de plus en plus rares. Les reprises d’anciens succès eux, par contre sont en hausse constantes. Les années 90 – 80 et 70 pour l’instant offrent les plus grandes reprises. Jusqu’où, les producteurs vont-ils aller pêcher les succès de demain ?

L’achat des chansons en ligne au format Mp3 de façon légale est un succès mitigé. Tout le monde sait que les fichiers achetés sont très vite échangés. Aujourd'hui, ce n’est plus d’un PC à un autre PC que se fait l’échange, mais d’un Smartphone à un autre.

C’est le progrès.


Connectez-vous ou inscrivez-vous pour répondre à ce sujet.