Partitions gratuites

← Accueil du forum / Enseignement de la musique

Sujet - Tablettes tactiles à l'école

Posté le 08 octobre 2014 à 10h03 par


Webmaster
Pensez-vous que l'équipement en masse des collèges en tablettes numériques soit une priorité ?
Par
le 15 octobre 2014 à 09h01


lionel93
Priorité, peut-être pas, mais ce serait une très bonne chose. Maintenant à savoir ce qui sera choisi par nos gouvernants sachant que de toutes façons ce sera nous qui seront au bout de la chaîne pour payer la facture.
Les tablettes même Made in France seront remplies de composants venus de l'étranger donc pourquoi se focaliser la dessus. Après la dimension est importantes. Une tablette de 10 pouces sera très bien. Mais une de 7 pouces aussi pour les enfants en-dessous de 10 ans par exemple avec leurs petites mains.
Après, il faudra penser à la casse, car une tablette qui tombe est beaucoup plus fragile qu'un PC portable. Donc coque en mousse pour les tablettes manipulées par les plus jeunes enfants. Après autre question : Est-ce que les tablette iront au domicile de l'enfant ? Si ce n'est pas le cas, cela voudra dire que les parents devront en plus de payer l'impôt pour les tablettes à l'école en avoir une à domicile. Ce qui répond un peu à la question avec le mot - masse - et doter uniquement les collèges et pas les maternelles ou CP ou CE ou CM.

Par
le 14 mai 2016 à 08h46


ANSELME
Je viens d'assister à un stage de formation continue de prof d'éducation musicale dans le cadre de la mise en place des nouveaux programmes, de la réforme et de la montée en puissance du numérique. Nous étions 200 dans un amphi. Quelques collègues se sont succédés, à la demande de notre IPR, pour présenter des "séquences types". Ils étaient devant leur écran, nous présentaient leur travail en parlant dans un micro. Les images de leur démonstration étaient projettées au dessus d'eux sur un écran géant. De temps en temps, les collègues autour de moi sortaient leur smartphone pour "flasher" des codes qui s'affichaient. Pendant la pause du midi, nous avons tous cherché un fast food (il n'en manquait pas) dans cette cité universitaire froide et dépersonnalisée. Nous sommes retournés à la séance de l'après-midi pour continuer le menu du matin. En total cumulé, nous avons dû entendre 2 minutes de musique dans toute la journée. Nous n'avons jamais chanté (alors que 200 prof de musique dans un amphi, il me semble que ça aurait eu de la gueule !!). Nous n'avons pas vu ni entendu d'instruments. J'ignore le nom des collègues qui étaient à côté de moi ni l'établissement, pas même le département d'où ils venaient.
Le lecteur de ce billet aura compris que je suis ancien dans le métier. J'ai connu des stages où nous venions avec nos partitions de chansons arrangées, et photocopiées pour tout le monde. On les chantaient tous ensemble. On restait souvent le soir, pour ceux qui le pouvaient. On se connaissait tous. On gardait le contact. On s'échangeait beaucoup de doc. Nous partions tous ensemble déjeuner à la cantine où nous avions les meilleurs échanges possibles : des discussions non institutionnelles sur nos pratiques respectives. Lorsque l'on revenait devant nos élèves, nous restions dans cette dynamique : on donnait, on échangeait, on chantait, on jouait, on écoutait et on recommençait. C'est ce que m'ont rappelé deux anciens élèves, rencontrés dans ce stage, et qui sont devenus profs de musique.
J'aurai atteint l'âge de la retraite avant que la prochaine réforme ne soit mise en place. Mais je crois que je continuerai à m'intéresser à son contenu. Il me tarde déjà de savoir si les profs d'éducation musicale des années 2020 auront encore des élèves en face d'eux !
Bon courage à tous et bonne musique.


Connectez-vous ou inscrivez-vous pour répondre à ce sujet.