Partitions gratuites

← Accueil du forum / Discussions musicales diverses

Sujet - Musique, le fossé des générations (la musique à l'ours)

Posté le 24 septembre 2015 à 12h35 par


lionel93
Mes parents n’étaient pas du tout musiciens, et leurs parents non plus. Mais tous les deux aimaient bien danser et ils fréquentaient assidument les guinguettes (dans les années après-guerre) et ils avaient les 45 et 33 tours et même les 78 tours à la maison. Je suis arrivé un matin dans un chou comme tous les enfants et ma mère très tôt pour m’occuper décida de me conduire dans une école de musique à mes sept ans. Heureusement, un cousin germain était lui-même, en dehors de ses heures de travail professeur d’accordéon, et c’est par lui avec un prix d’amis que j’ai eu mon premier Fratelli Crosio rouge.

Pendant des années, je jouais de l’accordéon pour mon plaisir et aussi pour suivre les cours imposés par un super prof très gentil et surtout très patient (la science de la pédagogie en sorte). Mais, cantonné dans le style valse musette, je finissais par ne faire plaisir qu’à mes parents. Comme tous les enfants nés dans les chou et bien on grandi et on écoute la radio. Et dans les années 60 déjà le Rock –N Roll était pas mal diffusé en boucle avec le twist. Je voulais donc changer d’instrument et abandonner les cours d’accordéon.

Et c’est là que j’ai découvert ce que c’était que le – fossé – des générations. Non seulement j’écoutais ces styles nouveaux de musique, mais je collectionnais aussi les images des interprètes. Et lorsque l’on abordait la musique avec mes parents, la réponse était simple. Ce que tu écoutes c’est de la musique à ours. Cette phrase je l’ai encore en mémoire.

Mes parents ne comprenaient pas que je puisse aimer ce qui passait à la radio, mais j’ai quand même pu avoir une guitare et mettre en application mes connaissances musicales et les améliorer avec un professeur très pédagogue aussi. Mais là, j’avais 15 ans.

Les radios elles aussi diffusaient de moins en moins ce que mes parents aimaient et ils n’allaient plus au bal depuis longtemps. Les disques étaient à leur place bien rangés et n’étaient plus utilisés.

Avant de quitter le foyer familial et de voler de mes propres ailes, je suis passé aux claviers avec un orgue d’appartement un gros meuble avec le dessus coulissant pour protéger de la poussière les deux claviers.

Aujourd’hui ma mère, à 92 ans, ne comprend toujours pas ce que chantent certains artistes d’aujourd’hui et je la rejoins un peu depuis que je suis moi-même devenu un inactif.

Lorsque je regarde le top 50, je cherche les chansons qui ont au moins un titre que je comprends en français. Et lorsque je découvre leur position je me dis que c’est les anglais qui ont pris les décisions ce n’est pas possible.

Et lorsqu’en voiture, il m’arrive de chercher une station de radio et bien le plus souvent je finis par l’éteindre tellement c’est énervant de ne pas trouver ce que l’on aime et je ne vais pas non plus trimbaler mes CD vu qu’il y a des années que je n’en achète plus (pour les mêmes raisons).

Et vous …la musique à ours, cela vous inspire quoi ?
Par
le 25 septembre 2015 à 21h22


morgan.libourel
Vous expliquez très bien les conflits générationnels à propos des goûts musicaux. Moi aussi, même si je suis plus jeune que vous, j ai du mal à écouter les daubes de NRJ FUN RADIO et SKYROCK. Mais en y regardant bien de plus près le phénomène on s aperçoit que depuis les mélodies de Gabriel Fauré les chansons ont perdu en harmonie et gagné en rythme et richesse de sonorités. Le travail en studio maintenant dure plus longtemps que le temps passé à l écriture et la composition.
Nous sommes dans le temps du marchand et de la musique facile qui doit rapporter beaucoup. Snif... !
Par
le 28 septembre 2015 à 08h24


lionel93
Bonjour

L'argent est très souvent le moteur de beaucoup de choses ...et la musique en fait partie ...c'est effectivement dommage ..


Connectez-vous ou inscrivez-vous pour répondre à ce sujet.