Partitions gratuites

← Accueil du forum / Enseignement de la musique

Sujet - Éducation Nationale - Grand corps malade

Posté le 16 octobre 2014 à 13h18 par


Webmaster
Êtes-vous d'accord avec la vision de l'école de Grand Corps malade dans sa chanson Éducation Nationale ?

Par
le 16 octobre 2014 à 15h55


lionel93
Encore une fois, c'est l'argent qui même pour l'école fera la différence. Un fils de riche, même s'il ne fait pas grand chose à l'école aura pour son avenir de quoi trouver une place dans le monde du travail et monter les échelons rapidement même en sauter quelques-uns.
De très nombreuses sociétés ont vu là une bonne aubaine pour capitaliser encore un peu plus en offrant des cours à domicile. Les parents qui peuvent se le permettre dirigent leurs progénitures dans les écoles privées ou institutions religieuses, lorsque ce n'est pas directement dans des écoles prestigieuses à l'étranger. Les autres enfants et bien c'est triste à dire mais leur avenir est pratiquement tracé d'avance faute de moyens. Après, il y aura toujours l'exception. L'enfant qui sortira du lot. Qui sera un petit génie. Il sera peut-être possible pour lui avec des subventions (bourse ou autre) d'arriver à passer dans une grande écoule et réussir. Mais ceux-là, ne sont pas nombreux.
Beaucoup végètent en classe surtout à cause de l'ennuie et n'ont aucun désire d'apprendre. D'autres tout simplement parce que les fondamentaux n'ont pas été compris. Un enfant qui lit mal ou qui ne sait pas lire aura toutes les difficultés du monde à comprendre l'énoncé d'un problème de math. Ne parlons donc pas des autres matières.
Maintenant que le fait de redoubler soit devenu une chose rare, il n'est pas étonnant qu'il y ait un maximum d'enfants qui sortent du système de l'Education Nationale en échec scolaire.
La chanson de Grand Corps Malade ne fait qu’énumérer des problèmes connus sans apporter de solutions.
Il faudrait peut-être que les parents d'enfants en difficulté retournent peut-être eux-mêmes à l'école. Il faudrait peut-être aussi remettre au goût du jour les classes de transition qui permettaient de retarder le passage d'une classe à une autre et de remettre l'enfant dans un niveau acceptable avant qu'il rejoigne le niveau supérieur. Il y a aujourd'hui des auxiliaires d'éducation en charge des handicapés qui sont maintenant dans les écoles, et il n'y a pas d'auxiliaire d'éducation pour rattraper un enfant valide en difficulté.
Ce n'est pas la faute des enseignants qui font ce qu'ils peuvent avec les moyens qu'ils ont. Ce n'est pas un tableau numérique ou une belle tablette qui fera comprendre à un enfant que 2 et 2 font 4. Il faut peut-être revenir à ce que les enfants des années 50 apprenaient. Lire - compter - Ecrire - Education Civique - un peu de sport ...mais pas que ça. Des sorties...mais pas que cela.
Par
le 17 octobre 2014 à 13h48


Webmaster
Pour ma part, je trouve intéressant de commencer la chanson est énumérant ce qui est positif dans l'école : les enseignants qui veulent faire du bon travail. Ensuite, l'école à deux vitesses, pas assez de moyens... ce n'est pas vrai.Les moyens sont particulièrement concentrés dans les quartiers REP. Je ne dis pas que c'est suffisant, je ne dis pas que la crise n'a pas alourdi la situation, je dis juste qu'il n'y a pas d'injustice en matière de moyens.

J'ai vu des collèges de centre ville avec une toute petite cour, pas de gymnase, un CDI de petite taille car on ne pouvait pas faire plus grand et 13 ordis en panne dans une salle au grenier, et à l'inverse, des collèges ZEP flambants neufs avec un stade et un gymnase, un CDI gigantesque, des arbres partout, deux salles informatiques.

Attention, nous ne sommes pas aux États-Unis, l'école est énorme facteur d'égalité. Ceux qui disent l'inverse connaissent très mal le sujet.

On dit parfois que les inégalités se creusent à l'école. Oui. mais est-ce la faute de l'école ou du temps qui passe qui ne fait qu'appuyer des inégalités qui étaient déjà là ? Je prends un exemple : mettez 30 enfants de 3 ans de tous horizons dans un cours d'athlétisme avec le meilleur professeur du monde et retrouvez-les à 14 ans. Les inégalités se seront creusées, c'est inévitable. Il y a ceux qui ont un bon potentiel, ceux qui sont grands, ceux qui sont petits, ceux qui sont sérieux, ceux qui ont séché des cours, ceux qui aiment, ceux qui n'aiment pas... Va-t-on accuser l’entraîneur ou l'athlétisme d'avoir creusé les inégalités ?

Les problèmes sont multiples et il serait temps de chercher des solutions au lieu de chercher des coupables.
Par
le 17 octobre 2014 à 18h33


marie
Pas à dire, moi la voix de Grand Corps Malade, cela me fait vibrer. Toujours la même émotion à chaque écoute...

Pourtant une certaine gêne à l'écoute de cette chanson. Il me semble que cela part d'un postulat faux.

J'ai travaillé dans un collège en très grande difficulté, ZEP et compagnie et jamais je n'ai vu autant de moyens financiers attribués à des élèves. Parc informatique extraordinaire, 20 élèves maxi par classe, des cours à deux profs, plein d'expérimentations, des voyages, des sorties, etc.
Sauf que l'argent n'est pas la solution. Et ces enfants avec tous ces moyens mis à disposition ne s'en sortaient pas... Trop de difficultés annexes EN DEHORS de l'école, un regard sur la scolarité qui n'était pas positif...
Alors oui le dernier couplet de Grand Corps malade est vrai : le petit Moussa d'Epinay sur Seine s'en sortira peut-être moins bien qu'un autre parce qu'il est né à Epinay mais pas à cause de l'école. Non, je trouve cette affirmation injuste.
Les enseignants font leur maximum dans ces collèges, les rectorats affectent l'argent au détriment même de collèges plus favorisés...

La solution je ne l'ai pas. Je vais juste continuer dans mon coin et comme tous mes collègues à faire de mon mieux avec les moyens à disposition pour aider ces enfants à surmonter leurs difficultés et à avancer quand même.
Par
le 10 avril 2015 à 14h50


Zevelyne


Connectez-vous ou inscrivez-vous pour répondre à ce sujet.