Accueil Blog Musique

← Retour à l'accueil du site
Rechercher un article
un-mi-diese-et-un-fa-c-est-pareil

Un mi # et un fa, c'est pareil !

Par Jean-Baptiste le 19 septembre 2015.



De nombreux élèves de solfège ont posé cette question de façon provocante à leur professeur. "Un mi dièse, c'est comme un fa, alors pourquoi on garde le mi# alors qu'on pourrait l'appeler fa ?" Il y a une réponse à cette question et si ces deux notes sonnent de la même façon, non, elles ne sont pas interchangeables et on ne peut pas utiliser un fa là où il devrait y avoir un mi#. Explications illustrées :

Avant d'être un son, une note est une note. Je m'explique. Tout le monde connaît les notes de la gamme de do majeur, dans l'ordre, et pour cause, c'est la plus facile, elle ne comporte aucune altération, elle déroule toutes les notes, du do au do plus aigu, do, ré, mi, fa, sol, la, si, do :

Gamme de do majeur

Personne n'a de problème non plus avec la gamme de ré. Si on monte d'un ton (le ré est un ton plus haut que le do), toutes les notes de la gamme seront élevées d'un ton et l'on aura de fait un fa# et un do#.

Gamme de ré majeur

Et si maintenant, je veux une gamme de fa# majeur ? Vous pourrez m'objecter qu'une gamme de fa# majeur comporte 6 dièses à la clef et qu'il faut être un peu dérangé pour écrire une pièce avec 6 dièses à la clef. Je vous répondrai : peut-être, et les modulations ? On peut partir avec un nombre beaucoup plus réduit d'altérations à la clef et faire une digression en fa# majeur. Alors mettons que nous sommes dans cette tonalité, regardez la gamme ci-dessous. Indépendamment des dièses, elle déroule toutes les notes du fa au fa sans en oublier une seule. Imagineriez-vous que l'avant-dernière note, le mi# soit remplacé par un fa bécarre ? On aurait donc une gamme qui ferait fa sol la si do ré fa fa ? C'est absurde. Vous avez compris l'intérêt du mi#.

Gamme de fa dièse majeur

Et les doubles dièses ?

Il en sera bien sûr de même avec le do bémol, fa double dièse ou encore si double bémol. Dans la tonalité de Sol# majeur ou mineur, le fa double dièse sera la sensible et vous n'imagineriez pas une gamme qui ferait : Sol# la# do do# ré# fa sol sol# ? Deux do et deux sol ? Non, ça n'a pas de sens, encore une fois...

Me suis-je fait comprendre ? N'hésitez pas à poser des questions ci-dessous.


Réagissez à cet article

Nom ou pseudo :


Adresse Email (facultatif) :


Anti-spam. Combien font Opération



11. Posté le 26 mai 2018 à 14h00 par Gaga92


Bonjour oui mais pourquoi faire des gammes de Fa# et quel est réellement l'intérêt de faire des gamme autre que d'apprendre ou se trouve une note moi j'ai du mal avec la sonate au clair de lune qui est pleine de dieses alors que certaine note sont des blanches bon je débute en solfège je me sert de vidéo pour bien comprendre la note que je dois jouer sinon je mis perd ou je suis vraiment un idiot qui comprendra jamais rien ! Merci

10. Posté le 12 novembre 2017 à 22h23 par Jean-Baptiste


Voici un commentaire détaillé comme je les aime. Je vais donc aller plus loin moi-même. Les arguments en faveur du mi# différent du fa vont bien au delà de la simple répétition d'une même note dans une gamme.

Je prends l'exemple de la définition de la sensible de la tonalité. Il faut pouvoir lui trouver une définition, sans rajouter d'exceptions. La sensible de do est si. La sensible de do# est si#. Ce n'est pas une seule seconde une histoire de d'argument d'autorité mais une histoire de logique. Une définition différente suivant les tonalités ne sera pas d'ordre à aider l'apprenant.

Dans le cas des accords, c'est encore plus clair. Do# majeur (do#/mi#/sol#) ne peut pas être formé de do#/fa/sol# sans compromettre la définition même de l'accord parfait. La lecture, autant que la mémorisation en seraient affectées.

Une fois que l'on apprend le rôle du mi#, du si# ou même des doubles dièses et doubles bémols, tout prend sens.

9. Posté le 12 novembre 2017 à 20h57 par La beauté des math


Bonjour,
L'argument 'c'est absurde' est un argument d'autorité. Le pouvoir du prof, parce qu'il est prof, rien de plus. En effet si un mi dièSe est un fa alors il n'est pas absurde de remplacer l'un par l'autre dans tous les cas.
Pour être plus limpide, le solfège peut se réduire à une superposition de 2 séries mathématiques (dorien :1-1-1/2-1-1-1-1/2 et son image décalée de x où x est codé par un nom de note plutôt qu'un nombre, pour les artistes); les altérations permettent de conserver l'isomorphisme entre ces sérIes, quel que soit le nom donné au notes. Deux occurrences de Fa n'est donc pas plus absurde que deux occurrence de 3 (par exemple 3 et 3,5) dans une autre série mathématique.

Le seul argument qui tienne n'est pas d'ordre structurel mais mnémique. Il est plus facile de se souvenir de gammes ayant toujours une et une seule occurrence de chaque note; et ça, ce n'est pas un argument d'autorité, c'est démontrable par des tests de mémorisation.
Très cordialement

8. Posté le 26 juin 2016 à 13h52 par Lindane


Excellent, merci.

7. Posté le 31 décembre 2015 à 13h30 par pascaline


Explication limpide. Je m'en resservirai. Merci.

6. Posté le 09 octobre 2015 à 09h08 par murielle


J'ai donné exactement la même explication à une de mes élèves.

5. Posté le 29 septembre 2015 à 00h07 par Jean-Paul


bonsoir
le mi # a le même son que le fa car dans une gamme diatonique il y a 5 tons et 2 1/2 ton , à savoir de mi à fa = un 1/2 ton et de si à do un 1/2 ton donc si on met un # au mi il prend le même son que le fa ; on peu comparer avec une échelle ou il y aurait 5 barreaux complets et 2 demi barreaux eh oui !... c'est simple la théorie de la musique.
Amicalement : J-P

4. Posté le 25 septembre 2015 à 18h22 par fti/ubgdw2b


Merci d'avoir corrigé !! C'était : ...
Chercher à comprendre c'est chercher à désobéir, mais les règles sont faîtes pour être contournées par souci de les améliorer.
Une seule limite pourtant : la "perfection" puisque elle n'existe pas !! O.K. ??
Yano

3. Posté le 26 septembre 2015 à 00h08 par Anne


Bonjour,
Merci , sympa et souvent intéressants tous ces articles et partitions.
Je permets juste une petite remarque... que je fais à mes élèves... À côté du titre"un mi# et un fa c'est pareil !“ il y a un sol# et un la (ou bien un fa# et un sol ou bien... etc. suivant la clé utilisée !) on ne peut pas parler de mi# -fa sans la clé de sol devant
Bonne continuation

2. Posté le 23 septembre 2015 à 13h11 par christofdev


Très clair et argumentation infaillible. Merci.

1. Posté le 19 septembre 2015 à 16h53 par Berg971


Super explication !