Accueil Blog Musique

← Retour à l'accueil du site
Rechercher un article
pourquoi-faire-un-releve-musical-ecrire-ses-propres-partitions

Pourquoi faire un relevé musical

Par Lionel le 04 mars 2019.



Cet article, c’est un peu enfoncer une porte ouverte tellement cela a d’évidence. Mais, il est bon peut-être d’expliquer le pourquoi du comment de la chose.

Toutes les partitions commerciales, ne conviennent pas forcément à tous les instruments. Un guitariste, préférera une partition du type – tablature – qu’une partition dite – piano + voix – avec les 3 portées traditionnelles et ou toutes les portées sont multi-instruments.

Explications.

Si vous avez déjà eu entre les mains, une partition – piano + voix – vous pourrez remarquer que la première portée contient toute la ligne de la mélodie. Il arrive que des différences de syllabes dans un couplet par rapport à un autre demande des notes supplémentaires. Elles sont donc dessinées dans la première portée, avec les têtes de notes plus petites ou avec les queues orientées différemment. Les paroles quant à elles sont bien en-dessous, mais ce n’est pas toujours le cas. Il peur arriver que la ligne de la mélodie ne reflète que le premier passage vocal - 1 er coupler et + 1 er refrain et que le reste de la chanson ne soit mis en 4 eme de couverture et ce sera à vous de devinez l’emplacement des paroles et des notes qui vont avec s’il y a des différences dans les syllabes.

Passons à la deuxième portée. La très souvent, la mélodie y est reportée et s’y ajoute les notes relatives à l’accompagnement si celui-ci est composé d’un contre-chant. S’il s’agit d’une rythmique complète à base d’accords la mélodie est absente. Il peut arriver que des notes basses de la rythmique soient reportées dans la dernière portée (en clé de FA au lieu de la clé de SOL). Il peut aussi arriver que le copiste, faute de place ou pour répondre aux exigences du cahier des charges, ajoute les notes d’un autre instrument en plus de la rythmique. Et les notes de cet instrument supplémentaires sont un peu noyées dans la deuxième portée. L’orientation des queues de notes peuvent faire la différence. Très rarement des partitions commerciales utilisent la couleur, mais cela s’est déjà vu. Des – extra-notes – dans une autre couleur que le noir.

Et enfin la dernière portée qui est celle de la ligne de basses en clé de FA. La aussi, il arrive très souvent que le copiste y ajoute les notes d’un instrument supplémentaire lui aussi en clé de FA.

Donc vous pouvez avoir la chance de trouver des partitions commerciales HYPER renseignées avec des notes partout, ou alors la partition commerciales pauvres avec le strict minium.

Et bien même avec les deux formats, un accordéoniste sur un CHROMATIQUE en aura toujours de trop et avec un DIATONIQUE il n’y en aura de toutes les façons pas assez. Surtout pour le problème du tirer /pousser .

Mais, là, dans ce cas, ce ne sera pas de la TRANSCRIPTION, mais tout simplement de l’adaptation en – piquant – le peu de données dans la partition commerciale, pour réaliser SA partition en fonction de son instrument. L’accordéon chromatique ou Diatonique, n’est pas seul dans ce cas. L’harmonica, les instruments en Sib Mib et Ukulélé et d’autres. La liste est longue.

Donc, si aujourd’hui, presque tout le monde se plaint de ne plus trouver de partitions simples (les pianos + voix), alors pour les autres instrumentistes, c’est le désert de Gobi.

S’il y a encore des commerces de villes qui proposent de la partition simple ou quelques recueils de musique, pour les instruments cités et les autres, vous pouvez passer votre chemin.

Donc, la seule solution qui reste, après avoir fait le tour des forums spécialisés pout son instrument, c’est de faire un relevé musical, une transcription.

Depuis cet article, il y a eu des avancés tant en logiciels qu’en solutions par le Web. Signalons par exemple YALP.IO et SONGLE.JP. Des articles à leur sujet ont été mis en ligne sur le site. Il y a depuis de fortes améliorations pour le site CHORDIFY et RIFFSTATION qui ne se basent plus QUE sur la ligne de basses.

Pour les logiciels, il y a CHORDTRACER et un sous-menu dans Band in a Box, qui aide à trouver la séquence (suite d’accords) d’harmonie contenue dans un fichier audio aux formats WAV ou Mp3.

Chordata de CLAM, n’a pas vraiment évolué.

Il ne faut pas oublier dans la panoplie du parfait musicien les nombreuses applications en fonction de son O-S pour les Smartphones : Android ou Apple. JAMN PLAYER (Apple) Yamaha Song Chords (Apple). Faire un relevé musical est donc aujourd’hui, la première des solutions pour avoir rapidement des partitions à travailler pour son instrument de musique.


Réagissez à cet article

Nom ou pseudo :


Adresse Email (facultatif) :


Anti-spam. Combien font Opération