Accueil Blog Musique
← Retour à l'accueil du site
Rechercher un article
norme-midi-la guerre-entre-les-constructeurs

La norme MIDI, la guerre entre les constructeurs

Par Lionel le 19 juin 2014.



Le MIDI sans le pastaga et les cigales mais avec les « boules ».


C’est bien la norme MIDI que je vais essayer de vous expliquer et vous révéler qu’une guerre entre les constructeurs est toujours active. Pour la définition de MIDI, je vous renvoie sur l'article Wikipedia.

Historique : Lorsque la norme Midi a été instaurée, tous les constructeurs avaient déjà depuis un bon moment mis sur le marché leurs instruments de musique électroniques et chacun avait attribué un numéro à un son. Ainsi on pouvait trouver le son n°1 correspondant au son du piano chez un constructeur et ce même numéro 1 pouvait correspondre à un son de trompette chez un autre. Sur l’instrument en lui-même cela ne posait pas de problème puisqu’il suffisait d’appuyer sur le bon bouton pour obtenir le son désiré.

Le problème était par contre visible (et surtout audible) pour les « séquences musicales » au format Midi qu’elles soient vendues par des sociétés constituées par des musiciens professionnels ou par des échanges entre musiciens. Une séquence réalisée sur un clavier d’une marque "sonnait" parfaitement sur un autre clavier de la même marque partout dans le monde, mais par contre dans un clavier d’une autre marque c’était la CACAphonie. Il fallait donc recourir à l’informatique pour changer tous les numéros des sons dans la séquence pour qu’elle "sonne" à nouveau correctement sur le clavier de la marque concurrente. Mais à l’époque où je vous relate le problème c’était au minimum une bonne dizaine de marques.

Devant l’insistance des utilisateurs, la norme GM1 à enfin vu le jour et tous les constructeurs ont établi une liste de 128 sonorités de 0 à 127. Les dix premiers numéros étaient ainsi consacrés aux différents sons de piano du bastringue au Steinway par exemple. Mais très vite la petite guéguerre entre les constructeur à repris de plus belle. Chaque constructeur voulant être mondialement le leader surtout sur les sonorités puisqu’au final tous les claviers (pour ne citer que ce type de matériel électronique) finissent par se ressembler. Chacun dans son coin développe de nouvelles sonorités qui se rapprochent le plus du véritable son d’un instrument.

Nous étions encore à l’époque de l’analogique, il fallait donc échantillonner le son d’un saxophone de la meilleure marque mondiale pour mettre en boite un échantillon d’une note. Dans le clavier de la marque, il y avait donc les 128 sonorités de base répondant à la norme GM et puis dans des cases supplémentaires (des BANKS), il y avait les super sonorités. Celles-ci pouvaient être accessibles directement par les boutons du panneau de contrôle du clavier, mais il fallait aussi pouvoir les déclencher par des instructions Midi.

Les constructeurs ont donc créé des normes sonores GS pour Roland XG pour Yamaha pour ne citer que ces deux marques. La norme Midi c’est enrichi elle aussi d’acronymes comme NRPN et MSB et LSB et PROGRAM CHANGE et CONTROL CHANGE (le Midi étant à la base anglais, je laisse en anglais) Plus d’infos sur ce site http://www.philrees.co.uk/nrpnq.htm. Pour mettre un terme à cette deuxième guerre mondiale musicale (ouf...!), les constructeurs signent un traité de paix avec la norme GM2. Ainsi tous les claviers de toutes les marques acceptent la norme GM2 sauf que...

Chaque ingénieur, car à ce niveau là, il faut avoir fait de très très longues études pour pouvoir pondre de tel tableau. Eh oui, depuis très longtemps, lorsque vous achetez un clavier (un synthé) en plus du manuel de base, il vous est proposé la liste des sons (ou la table d’implémentation du Midi). Maintenant comme les tables deviennent de plus en plus grandes, les tables d’implémentation Midi sont sur internet en libre téléchargement. Je vous donne les liens de quelques uns de ces tableaux, cela fait peur : http://www2.yamaha.co.jp/manual/pdf/emi/english/port/tyros5_en_dl_c0.pdf, http://www.roland.com/support/article/?q=manuals&p=BK-9&id=63055852, après acceptation un PDF à télécharger ou ici directement http://lib.roland.co.jp/support/en/manuals/res/63055852/BK-9_MIDI_Imp_e1.pdf.

Pour certaines marques c’est plus difficile de trouver les tableaux d’implémentation même en conversant à peu près bien la langue de Shakespeare sur la toile KORG - KEYTRON (un peu courte ici http://www.ketronmusic.co.uk/support/manuals/GP1.pdf) Cherchez pour vos claviers par marque vous aurez peut-être la réponse à la question que tout le monde se pose lorsqu’il reçoit la séquence d’un copain musicien. Sa séquence est pourrie, elle sonne comme une casserole. C’est quoi ce Midi de M(Cambronne). En fait, vous n’avez pas le matériel de la même marque et l’évolution des uns et des autres fait que de jour en jour tout le monde s’éloigne. Pour qu’une séquence Midi – sonne – bien sur vos claviers, il faut avoir recours à des logiciels gratuits ou payants. Soit des séquenceurs ou le couteau suisse du Midi qui est GNMIDI. Voici en images les manipulations à faire sur une séquence pour qu’elle "sonne" bien sur mon matériel en GM2 pour un Yamaha PSRs950, pour exemple :

Image1
Image2
Image3

Maintenant que vous connaissez les informations sur les tableaux d’implémentation des données Midi de vos claviers, vous pourrez modifier les numéros des "program change" et "control change" présents dans la séquence que vous avez pour l’adapter à votre matériel en allant choisir les meilleurs sons dans le BANK supérieur à 128 par des MSB et LSB. Les jeunes connaitrons certainement les mêmes problèmes puisque déjà ils travaillent pour la plupart sur de l’audio. Donc plus de normes Midi, plus de guéguerre des constructeurs, mais certainement d’autres contraintes.






Réagissez à cet article

Nom ou pseudo :


Adresse Email (facultatif) :


Anti-spam. Combien font Opération