Accueil Blog Musique

← Retour à l'accueil du site
Rechercher un article
mort-de-la-partition-manuscrite

Mort de la partition manuscrite

Par Jean-Baptiste le 14 février 2015.



Le stylo et la feuille blanche peuvent rendre encore quelques services, d'accord, principalement autour de la pédagogie. Pour tout ce qui doit aller vite et tout ce qui n'a aucune raison de passer les années, tout ce qui est sous forme de brouillon, la partition manuscrite conviendra toujours. Mais prenons le temps de lister tout ce que la partition tirée d'un logiciel d'édition de partitions nous apporte.

L'aspect pratique

Pour commencer, lorsque l'on maîtrise un logiciel d'édition de partitions, la saisie n'est pas plus longue que l'écriture manuscrite, elle peut même être 2 à 3 fois plus rapide. Comme dans un traitement de texte, il est possible de faire des copier/coller, des déplacements, des suppressions, là où la main munie d'un crayon ou d'un stylo devra calculer au plus juste et user de toute sa concentration pour éviter toute erreur. Les erreurs, justement, parlons-en. Elles sont facilement modifiables sur informatique et la netteté de l'ensemble facilite grandement la lecture, surtout pour nous (en comparaison aux contemporains de Mozart, par exemple), qui avons appris à lire sur partitions éditées. Une partition manuscrite peut être un objet d'une grande beauté à condition que le scripte y ait passé un temps considérable, ce qui n'est guère possible dans le milieu professionnel et qui n'est pas conseillé pour celui qui n'est pas sûr de savoir faire.

De nombreuses fonctions

Une fois les notes rentrées, le logiciel, quand il est de qualité, nous permet de tout modifier à notre guise. On souhaite reprendre une partition pour voix seule à deux voix ? Nul besoin de recopier la première, heureusement, il suffit de rajouter une deuxième voix. Certains logiciels proposent des plugins qui se proposent de réaliser eux-mêmes une réduction pour piano ou de trouver les accords et bien d'autres choses encore dans ce domaine. LA fonction magique, LA fonction qui ne nous fait pas du tout regretter le papier et le stylo, LA fonction qui nous gagne un temps fou, c'est la TRANSPOSITION ! Quel bonheur de pouvoir dire à un chanteur "Trop aigu ? Ne bougez pas, je vous la sors un ton plus bas" ou de penser une partition pour instrument transpositeur en ut avant de la passer dans la tonalité de l'instrument, d'harmoniser un chant en La mineur, pour plus de clarté d'esprit, avant de le proposer à une chorale, dans sa tonalité originale de Sib mineur...

"Mort de la partition manuscrite" est un titre journalistique, volontairement provoquant. Même une tablette tactile dans son sac équipée du logiciel d'édition le plus pratique au monde ne remplacera jamais une prise de note rapide en cours de solfège, ou du professeur pour son élève ou pour un brouillon. Mais la partition numérique est tellement plus claire, plus pratique et copiable à l'infini qu'il paraît maintenant difficile de s'en passer.


Réagissez à cet article

Nom ou pseudo :


Adresse Email (facultatif) :


Anti-spam. Combien font Opération



2. Posté le 30 décembre 2016 à 16h34 par gercat


j'ai encore des partitions manuscrites polycopiées à l'alcool, pas toujours signées et introuvables. Je copie depuis 15 ans et je me fais reproche de ne pas les mettre sur internet.
J'ai trié il y a peu, un rebut de conservatoire en papier jauni à l'excès. Et les harmonies jettent leurs vieilles partitions manuscrites ou non, faute de place.
Numériser numériser, mais aussi rendre disponible à d'autres. Une partition non jouée est vraiment morte.

1. Posté le 14 février 2015 à 12h09 par jacques andré Pauvert


100% d'accord ... sans compter que l'on peut écouter immédiatement et dépister les erreurs (pour nous les amateurs peu assurés de leur lecture ...) et quand en plus on peut transformer la partition en voix ... c'est magique et instantané ! Dois-je renommé le logiciel ? *rire*