Accueil Blog Musique

← Retour à l'accueil du site
Rechercher un article
les-differentes-formes-de-canons

Les différentes formes de canons

Par Jean-Baptiste le 29 mai 2015.



Comme vous le savez peut-être, le canon est une forme musicale que j'affectionne tout particulièrement. J'ai même eu l'occasion d'en composer une petite quarantaine pour les enfants, les adolescents ou les chorales. Les canons, sauf les plus simples (comme Le Carillonneur ou Frère Jacques) demandent une écriture contrapuntique, c'est à dire, une écriture autant verticale qu'horizontale. Cela signifie, en clair, que chaque phrase musicale est intéressante en elle-même au niveau mélodique et que toutes ces phrases musicales superposées donnent un ensemble cohérent au niveau harmonique. Il existe différents types de canons :

Le canon le plus simple

Il s'agit du type de canon le plus répandu, presque toujours à 3 ou 4 voix. Il n'a pas de nom. Voici un graphique simple pour l'expliquer.

Les différentes formes de canons 1

Sur ce graphique, chaque couleur représente une partie ou une phrase musicale. Chaque voix déroule les trois parties comme s'il s'agissait d'une seule et même mélodie. Les autres voix font de même mais en décalage. Ainsi, à tout moment, les trois parties sont superposées.

Le canon poursuite

Ce canon que j'appelle "poursuite" adopte un principe un peu différent. Ici, le nombre de parties ne correspond plus au nombre de voix et le graphique précédent ne marche plus. Voici un nouveau graphique pour l'expliquer, en prenant pour base un canon à deux voix :

Les différentes formes de canons 2

Sur le graphique on peut voir que le thème (lui-même divisé en plusieurs petites parties difficiles à séparer) est répété très vite par la deuxième voix. Puis les deux voix déroulent la mélodie en restant très proches l'une de l'autre. Pour le compositeur, l'écriture est complexe à partir de trois voix et redoutable à quatre voix.

Le canon modulant

Il s'agit d'une forme proche de la première à cette différence près que le thème module. Cela signifie que lorsqu'on a achevé une première interprétation, on le répète dans une nouvelle tonalité, souvent au ton supérieur. Quand les notes deviennent trop aiguës, on peut passer à l'octave inférieure.

Le canon à la quarte ou la quinte

C'est le fin du fin du canon. Diablement difficile à composer, passionnant à interpréter. Dans ces formes souvent plus longues que les précédentes (ils sont parfois écrits sur deux pages), la deuxième voix chantera bien la même chose que la première mais à la quarte ou à la quinte inférieure ou supérieure. On trouve ainsi de superbes canons de la Renaissance tout à fait adaptables en chorale SAB. Les sopranos ont la première partie, les altos répètent à la quarte ou la quarte inférieure, suivent les hommes qui reprennent le thème à l'octave. Nous avons, au final, le principe du fugato.


Réagissez à cet article

Nom ou pseudo :


Adresse Email (facultatif) :


Anti-spam. Combien font Opération



2. Posté le 31 mai 2015 à 10h28 par Jean-Baptiste


Tu as raison Lionel mais il y a peu de vidéos sur le sujet. Je conseille plutôt des partitions.

1. Posté le 30 mai 2015 à 10h12 par lionel93


Bonjour

N'étant pas un spécialiste en la matière, il aurait été bon de donner quelques exemples visuels par des liens Youtube ou Dailymotion.