Accueil Blog Musique
← Retour à l'accueil du site
Rechercher un article
la-musique-au-musee-des-arts-et-metiers-paris

La musique au Musée des Arts et Métiers

Par Jean-Baptiste le 09 août 2015.



Le Musée des Arts et Métiers, dans le 3ème arrondissement de Paris, propose sur trois étages les plus notables des inventions depuis la fin du Moyen âge jusqu'aux dernières nouveautés en matière informatique. Les appareils de mesure du temps et de l'espace... Il n'y a pas, à proprement parler, de section musicale mais le son, se mesurant comme tout autre paramètre, est lui-aussi traité, ainsi que de jolis instruments mécaniques.

Appareil de Savart

Un outil pour montrer la communication des vibrations d'une corde vibrante à une plaque. Il est accompagné d'un tube en verre et de trois marteaux pour son fonctionnement. Réalisation de Favre et Cie, milieu du 19ème siècle.

Appareil de Savart au Musée des Art et Métiers

Analyseur de timbres

Un outil formé de cinq "cloches" en bronze conçu au 19ème siècle par Koenig. Son nom complet est Analyseur de timbres avec résonateurs d'Harmotz.

Analyseur de timbres au Musée des Arts et Métiers

Diapasons

Une collection de 26 diapasons en deux parties. Une gamme de diapasons accordée sur le "La 3" normal de 870 vibration puis une collection de diapasons accordés pour faire quatre battements avec la gamme. Outils réalisés par Koenig en 1861.

Diapason au Musée des Arts et métiers

La famille des violons

Cela vous a-t-il déjà marqué en regardant la famille des instruments à cordes frottées ? Nous avons un violon de petite taille, un alto, plutôt de petite taille, un violoncelle de grande taille et une contrebasse de très grande taille. Conclusion ? Aucun instrument de taille moyenne. Il y a largement la place pour faire un instrument entre l'alto et le violoncelle (que l'on nomme parfois la basse). Il y aurait pu avoir un "violon ténor". Léo Sir, quant à lui, a réinventé complètement la famille en proposant des instruments nommés : Baryton, Ténor, Haute-contre, Mezzo-soprano et Sur-soprano. En regardant la photo, notre oeil n'est pas surpris. Les instruments nous sont largement familiers.

La famille des cordes au musée des Arts et métiers

Orgues mécaniques

Une première invention de Davrainville, datée de 1819. Un gros rouleau comportant des points en relief. Une manivelle et voici l'ancêtre des Orgues de Barbarie.

Orgue mécanique au Musée des Arts et métiers

Une deuxième invention, au coeur d'une salle réservées aux objets musicaux automatique, La joueuse de tympanon, un automate qui s'anime et actionne les bras de l'instrumentiste, frappant sur les cordes de l'instrument miniature produisant un son de boîte à musique.

La joueuse de tympanon au Musée des Arts et Métiers de Paris

La joueuse de tympanon, détail






Réagissez à cet article

Nom ou pseudo :


Adresse Email (facultatif) :


Anti-spam. Combien font Opération



1. Posté le 06 septembre 2015 à 20h01 par Webmaster


Les photos manquent de brillance car elles ont toutes été prises derrière une vitre, malheureusement.