Accueil Blog Musique
← Retour à l'accueil du site
Rechercher un article
doit-on-apprendre-le-solfege-avant-l-instrument

Doit-on apprendre le solfège avant l'instrument ?

Par Jean-Baptiste le 01 juin 2020.



C'est une question que j'ai entendue de nombreuses fois en tant que professeur de musique et professeur de piano, et même encore récemment. Doit-on être aguéri aux notions principales de solfège AVANT de commencer l'apprentissage d'un instrument de musique ? La question est loin d'être bête et mérite un développement.

Les écoles de musique et les conservatoires

Dans ces institions, le cas est simple, car réservées (pratiquement) aux enfants. Soit vous rentrez débutant, jeune enfant, et on vous proposera le plus souvent des cours d'initiation musicale, c'est à dire, des cours de solfège adaptés aux plus jeunes, avant de choisir un instrument.

On peut aussi entrer plus âgé dans ces structures, soit avec un petit bagage musical, soit débutant s'il reste de la place, sans que l'on vous embête sur vos connaissances théoriques.

Les professeurs particuliers

En cours particulier, enfants ou adultes, le professeur s'occupera de tout. Il ne donnera pas de cours de théorie musicale à proprement parler mais chaque notion musicale sera expliquée et développée au fur et à mesure de l'avancée dans les leçons.

La portée, les notes, les rythmes simples seront vus avec les débutants, puis ensuite les ryhtmes plus complexes, les notions de mesure, d'intervalle, puis encore plus tard, les notions de tonalités, d'accord, d'analyse, et j'en passe...

L'élève sera aidé dans la lecture de la partition et se verra proposer les outils nécessaires à sa progression.

Travail en autodidacte

Là, ça devient beaucoup plus compliqué ! Pour ne pas baigner dans une anarchie complète qui a peu de chances d'être synonyme de progrès, je vous proposerais de ne pas mettre de côté le solfège, oui bien de choisir une méthode qui inclue la théorie. Cela peut se faire en même temps.

Car, il faut être honnête, travailler le solfège pour lui-même, sans objectif à court ou moyen terme, ce sera très difficile ; en tout cas, ce n'est pas pour tout le monde. Donc, rien d'anormal à vouloir commencer rapidement l'instrument, à condition de garder en tête que connaître les codes qui régissent la musique (en occident) fait partie du travail du musicien, quel que soit son niveau.






Réagissez à cet article

Nom ou pseudo :


Adresse Email (facultatif) :


Anti-spam. Combien font Opération



7. Posté le 19 juin 2020 à 14h16 par lionel93


Bonjour Je lis les réactions des uns et des autres ...très bien ..presque tout est dit ....sauf que ....comment TRANCHER ...puisque le plus souvent la musique et la théorie musicale sont appris ...par des enfants ...jeunes ...très jeunes ..même ...et sans les parents ...qui ne surveillent pas leur rejetons et font une totale confiance aux professeurs ...alors ...oui ...qui tranche ? l'enfant ..qui ne sait rien ..qui subit ...qui apprend ..du moins qui essaye ....et les parents ...eux ils regardent les progrès du gamin ..souvent sans rien connaitre de la musique ....donc pas simple. qui aurait la solution infuse ?
6. Posté le 07 juin 2020 à 16h06 par lionel93


Bonjour

Autant pour le vélo, il est possible et même recommandé de commencer avec des petites roues stabilisatrices. Qui avec l’âge seront retirées et l’enfant pourra tout seul se lancer avec son petit vélo sans les petites roues et découvrir le résultat des premières gamelles.

En grandissant, ce sera, sans les jambes, sans les mains et ne l’espérons pas sans les dents.

En musique, c’est pareil, sauf que. Et oui, il faut bien un sauf que.

Si l’école de musique se doit d’avoir un rendement et que les professeurs entre eux se tirent la bourre à celui qui aura le plus grand nombre de meilleurs élèves, il y aura de la casse et des gamins sur le bord du chemin.

Par deux fois, j’ai eu la mauvaise expérience avec mes deux filles qui ont toutes les deux suivi des cours particuliers chez deux professeurs de piano. A chaque fois, cela a été la même chose et le résultat identique.

C’est systématique, la musique classique avant tout. Au début de la formation cela va toujours, Les enfants découvrent et cela leur plait. L’assiduité et l’envie font que les cours se déroulent du mieux possible. Le solfège et la pratique de l’instrument sont enseignés dans le même temps en fonction du morceau qui est à l’étude.
La première année, cela va assez vite. Et la pratique de l’instrument est déjà en parti acquise. Et la deuxième année, ce qui semble logique arrive. On monte d’un cran. Et ce ne sont plus tout à fait les morceaux qui plaisent. On s’oriente sur la musique classique. Avec tout d’abord des petites pièces faciles et puis cela va tout doucement crescendo. La théorie musicale et la pratique de l’instrument commencent à ne plus être proportionnelles.
Les morceaux ne plaisent plus à l’enfant qui perd un peu de motivation et ça patine. A force de vouloir s’obstiner dans un genre, le résultat est que l’enfant – démissionne-.
Au final, il ne reste pas grand-chose, ni pour la théorie musicale qui a été survolée, et encore moins pour la pratique de l’instrument. Autant on peut remonter sur un vélo vingt ans après. Qu’il n’est pas possible de se prendre pour Chopin deux ans après avoir arrêté le piano.

Il est bon d’apprendre en même temps la théorie musicale et la pratique de l’instrument, mais aussi apprendre à écrire la musique par les dictées musicales. Et c’est le plus souvent ce qui n’est pas fait. La théorie musicale n’a de sens que s’il y a de l’écriture. L’une ne va pas sans l’autre. Et une fois que les deux sont en partie assimilées. Le musicien en herbe comprend mieux ce qu’il joue et ce qu’il ressent. Autrement cela équivaudrait à lire un livre sans en comprendre l’histoire et le sens. Autant allez à la fin du bouquin pour connaître le nom du coupable.
5. Posté le 01 juin 2020 à 20h06 par Narduccio


En fait, je pense que pas mal de gens font du solfège sans le savoir. Mais, il faudrait qu'ils acceptent de s'en rendre compte.
4. Posté le 01 juin 2020 à 08h54 par Webmaster


Oui, il n'est jamais trop tard. Bravo !
3. Posté le 01 juin 2020 à 08h54 par Kamerazuki


Autodidacte pendant 40 ans en jouant d'oreille, j'apprends désormais à déchiffrer les partitions au sein d'une fanfare (euphonium) et un atelier de jazz (sax). Cette rigueur - nouvelle et exigeante pour moi - ouvre en revanche tout le champ de la musique. Un regret de ne pas avoir franchi le pas plus jeune...
2. Posté le 01 juin 2020 à 08h50 par Webmaster


C'est à chacun de trancher mais oui, le solfège est un code, pas forcément plus difficile à apprendre que beaucoup d'autres choses, mais il faut peur.
1. Posté le 01 juin 2020 à 08h49 par Nanard


Bon article, mais il faut trancher
à bientôt 70 ans, j'affirme qu'il n'est pas réellement possible de se passer totalement de l'apprentissage du solfège ET de la théorie musicale. Soit pour jouer de la musique, pour l'enseigner, pour composer, pour faire des arrangements ou pour diriger un ensemble instrumental ou vocal.
La musique est un langage codé pas beaucoup plus compliqué que l'apprentissage de l'orthographe et de la grammaire ou bien du langage machine des ordinateurs... Le reste n'est que discipline et travail