Accueil Blog Musique

← Retour à l'accueil du site
Rechercher un article
comment-improviser-au-piano-quand-on-est-debutant

Comment improviser au piano lorsque l’on débute ?

Par Clemence le 07 juillet 2017.



La plupart des apprentis pianistes suivent une formation classique et commencent leur apprentissage en apprenant à déchiffrer des partitions et à traduire ce qu’ils lisent, sur le clavier. Une fois le premier volet de la méthode rose terminé, les élèves entament généralement le suivant et augmentent, ainsi de suite la difficulté des exercices et des morceaux.

Force est de constater que très souvent cette méthode d’apprentissage donne de très bons pianistes, capables de jouer des morceaux les plus complexes. Or, dès que la partition disparaît et qu’il s’agit d’improviser et de laisser libre cours à son imagination, les choses se compliquent pour beaucoup d’entre eux.

Apprendre à improviser est important, car se laisser une certaine liberté dans la créativité contribue non seulement à faire progresser les débutants, mais stimule également l’imagination et révèle une véritable vocation de compositeurs chez certains !

Improviser quand on commence à jouer du piano

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, l’improvisation ne s’improvise pas complètement. Elle doit obéir à certaines règles de la musique, afin d’éviter de créer une véritable cacophonie. Il ne s’agit pas de simplement poser ses doigts sur les touches et d’appuyer au hasard sur le clavier. L’improvisation doit être spontanée mais respecter les trois principes suivants :
- La technique
- La théorie musicale
- Le rythme

Quand on commence à apprendre le piano, nos connaissances en techniques sont limitées. Cependant avec quelques bases seulement il est possible de composer de nombreux morceaux.

Le choix de la gamme et du rythme

Pour commencer, n’utilisez que la gamme de Do Majeur. C’est la plus simple des gammes puisqu’elle ne comporte aucune altération (les touches noires, dièses ou bémols). L’avantage d’improviser en Do majeur, c’est qu’il est presque impossible de faire de fausses notes, ce qui rend l’improvisation tout de suite beaucoup plus facile et agréable.

Pour le rythme, préférez un rythme binaire, à 4 temps pour commencer. Vous pourrez essayer des variantes par la suite si vous vous sentez à l’aise.

Maintenant que l’on a défini la gamme et le rythme, il est temps de rentrer dans le vif du sujet !

Choisir ses notes et ses accords

Avec votre main gauche, formez des accords de deux ou trois notes en sautant une touche entre chaque note jouée. Il s’agit de jouer uniquement des tierces. Par exemple, do-mi-sol, mi-sol-si, ré-fa-la, etc… Jouez chaque accord sur un temps (une noire en 4/4). Par exemple une mesure de l’accord de do majeur (do-mi-sol) donnera :



Par-dessus, rajouter des notes avec la main droite en prenant bien garde de respecter le rythme choisi. Noires, croches, doubles-croches, blanches, exercez-vous à rester le plus régulier possible. Vous entendrez alors une mélodie se construire peu à peu. Une fois que vous commencez à vous familiariser avec l’improvisation, vous pouvez changer d’accords à la main gauche tous les deux temps, voire tous les temps, ou tout simplement faire des rondes qui durent 4 temps chacune. Au fur et à mesure que vous progresserez, vous pourrez rendre vos mélodies de plus en plus complexes, ce qui ne vous fera que progresser davantage !

La clé de la réussite

Ce qu’il faut retenir lorsque l’on improvise c’est la précision et le respect du rythme. La musique obéit à des règles précises pour créer de l’harmonie et c’est en travaillant vos connaissances en théorie et en technique que vous deviendrez de véritables génies de l’improvisation ! Et pour progresser encore plus vite, pourquoi ne pas essayer de prendre des cours particuliers de musique comme sur allegromusique.fr !



Réagissez à cet article

Nom ou pseudo :


Adresse Email (facultatif) :


Anti-spam. Combien font Opération



5. Posté le 11 novembre 2018 à 13h25 par Pat la menace


J'arrive sur ce site par hasard en cherchant une partition et je trouve tout ça bien écrit, clair et positif !! bravo...

4. Posté le 22 février 2018 à 04h58 par Jeff


Simple, intelligent, encourageant.
Merci pour les jeunes qui commencent ainsi au lieu de "subir" ce que nous avons appris dans la contrainte.

3. Posté le 07 août 2017 à 11h53 par Marbren


Car en utilisant leur imagination ainsi, les élèves donnent du sens à ces quelques notes, de même qu'un petit enfant émet des phrases de deux ou trois mots au début.
Après quelques années, les élèves deviennent plus attentifs, se lancent dans des phrases plus longues et petit à petit, j'ajoute des contraintes de rythme et d'harmonie. C'est lent, bien sûr, mais je trouve que ça en vaut la peine parce que ce n'est pas une technique de plus qu'ils apprennent par coeur, c'est vraiment un moyen d'expression qu'ils développent.
Par nature, certains se lancent facilement dans les sons et la création, d'autres ont besoin de plus d'encouragement et de soutien. C'est là que j'ai abouti après 25 ans d'enseignement du piano à de nombreux élèves, et je continuerai à creuser la question tant que j'enseignerai!

2. Posté le 04 août 2017 à 17h03 par Marbren


Pour ma part, je fais improviser tous mes élèves dès la première année... mais à une seule voix. Je fais moi-même l'accompagnement et ça reste simple comme un ou deux accords, ou bien on commence sur les touches noires seulement (pentatonique). Une façon de faire de la musique très sensorielle.
L'autre manière d'improviser que j'utilise est de prendre une idée qu'on illustre par des sons. Pas de la musique, me direz-vous... et bien quand on réécoute, il y a des trouvailles, et avec un accompagnement approprié ce serait très écoutable. Et puis les enfants ont besoin de créer, et ça oblige les tout débutants à émettre quelques notes depuis leur propre cerveau/oreille/doigts, c'est en réalité à mon avis la première étape dans l'improvisation: essayer et écouter, donner un sens à quatre notes. Et ce n'est pas si facile!
Par exemple: pom pom pom poooom... cette symphonie de Beethoven commence par quelques notes seulement mais qui sont considérées comme géniales grâce au développement qui suit. Ces notes sont la graine, le reste est l'arbre, mais pour avoir des arbres... on commence par planter des graines.

1. Posté le 08 juillet 2017 à 08h44 par lionel93


Il me semble que l'âge du - pianiste débutant - est aussi importante. Car dans l'improvisation, il y a des notions mathématiques et technique de fréquences. Très bel article qui peut encourager les musiciens débutants à ce lancer dans l'aventure.