Accueil Blog Musique

← Retour à l'accueil du site
Rechercher un article
Le-solfege-c-est-indispensable

Le solfège c'est indispensable !

Par Jean-Baptiste le 14 février 2016.



Dans les commentaires de mon article sur le solfège : Le solfège, c'est chiant, plusieurs membres ont souligné qu'il leur semblait que la théorie musicale était indispensable à l'apprentissage et à l'interprétation de la musique. Je comprends parfaitement leur opinion et elle certainement 100% exacte en ce qui les concerne et pour un usage généralement admis de la musique. Mais comme je me faire l'avocat du diable, j'aimerais voir aujourd'hui si le solfège est si indispensable que cela dans la musique. Peut-on se passer de solfège ? Peut-on créer et jouer de la musique sans solfège ?

Et la culture traditionnelle ?

N'y a-t-il pas à travers le monde des millions de personnes qui font de la musique sans avoir appris le solfège. Je pense aux instrumentistes ou aux chanteurs qui interprètent les musiques traditionnelles de leur pays. Et sans aller chercher des joueurs de tambours du fond de la savane, on peut penser, tout proche de chez nous à la musique irlandaise, à la musique Klezmer, à la musique tzigane. Tous ces gens ont appris la musique. Ils l'ont apprise, instrument à la main, de manière traditionnelle, c'est à dire de bouche à oreille, en imitant, en répétant. Alors en France, c'est un peu différent, je vous l'accorde mais cela reste une idée dont on peut s'inspirer, de la même manière que l'on peut faire la cuisine sans être allé dans une école de cuisine, on peut apprendre un certain type de musique sans solfège. Alors bien sûr, on ne jouera pas Chopin sans passer par la partition mais des musiques non écrites il y en a des tonnes.

Des moyens fantastiques

De nos jours, et dès le plus jeune âge, les musiciens débutants peuvent avoir entre leur main des outils formidables grâce à l'informatique et aux logiciels de création musicale. C'est une chance et je connais nombre de compositeurs en herbe qui ont commencé sur ce genre de matériel. Eh bien c'est formidable et cela peut être un vecteur de création très important. Si ensuite cela débouche sur autre chose de plus écrit, pourquoi pas car une meilleure compréhension des processus de création peut être une bonne chose mais ce n'est même pas indispensable.

En résumé, je ne vais pas cracher dans la soupe et dire du mal du solfège, ça n'aurait aucun sens mais je voudrais garder en tête que la musique ne vient pas forcément de la tête, elle peut aussi venir du coeur.


Réagissez à cet article

Nom ou pseudo :


Adresse Email (facultatif) :


Anti-spam. Combien font Opération



11. Posté le 21 février 2018 à 15h56 par Jean-Baptiste


Vous avez donc appris le solfège, minette02 ; c'est juste que vous l'avez appris seule. Certains n'en ont pas du tout besoin. Soit ils se débrouillent à l'oreille, soit ils composent sur informatique, sans passer par la partition.

10. Posté le 25 décembre 2016 à 19h06 par minette02


Nous n'avons pas forcément besoin du solfège.
Prenez mon cas: je suis jeune(collège), musicienne de bientôt 4 instruments, et je n'ai jamais fait de solfège, JAMAIS. Je sais lire absolument toutes les notes immédiatement, je déchiffre un morceau d'un seul coup. Je connais tous les rythmes, les accords et beaucoup de théorie.
Quand je pense que toutes mes amies parlent du solfège comme de la torture.

9. Posté le 03 décembre 2016 à 14h13 par lionel93


Le solfège est un ensemble de règles qui permettent d’apprendre à lire et à écrire la musique. C'est-à-dire de transformer des sons par un graphique et de transformer ce même graphique en sons. C’est un peu ce que l’on demandait à Pétrucciani …
C’est ainsi que les – ancêtres – ont pu laisser de nombreuses partitions faute d’avoir pu produire à l’époque des microsillons et des CD comme aujourd’hui. Il faut toujours penser à la postérité.
Il est dommage que l’apprentissage dans certaines écoles de musique se – borne – à la transformation du – graphique – en sons …c'est-à-dire l’apprentissage de la lecture d’une partition pour la jouer avec un instrument de musique …et que dans le sens inverse, c'est-à-dire l’écriture de la musique (dictées musicales) soit un peu mis de côté.
Il est vrai aussi que si tous les musiciens étaient super bien formés dans les écoles de musique pour lire et écrire aussi bien la musique, il ne se vendrait plus de partitions. Chacun pouvant alors écrire les siennes.
Le solfège, n’est donc pas – chiant – c’est un passage obligatoire comme celui de l’apprentissage d’une langue. Sauf que l’on peut écrire « je vai dan lai ru de la vil en otomobil »…tout le monde peut le lire et le comprendre par contre …je n’ai pas d’exemples …mais si j’écrivais les partitions avec autant de fautes, je pense que dans ce cas, je serai le seul à pouvoir me – relire –
Dans Word, il y a le correcteur orthographique et de grammaire. Pour l’instant je n’ai pas vu beaucoup de – correcteur- d’écriture musicale.

8. Posté le 08 avril 2016 à 15h27 par Perline


C'est vrai il y a plein de manière d'apprendre la musique moi par exemple j'ai appris le solfège d'une différente manière que le classique et je suis bien contente de l'avoir appris comme ça

7. Posté le 24 février 2016 à 18h02 par lolo5555


Le solfège n'empêche personne de faire sa propre improvisation mais il permet de lire ce que les autres ont fait et chose plus importante de pouvoir le mémoriser et répéter plusieurs fois, alors que s'il n'y a pas solfège, il faut avoir tous les airs dans la tête et si ce sont des genres différents, il y a de quoi .....se tirer par les cheveux ! le solfège a beau être "chiant", il est utile pour jouer au moins de la musique classique ; c'est comme quelqu'un qui ne saurait pas lire dans sa propre langue, alors ce serait un sacré handicap !
le

6. Posté le 24 février 2016 à 17h49 par Tyned


A la BF (Batterie Fanfare et non bouche fermée), certains n'ont jamais appris le solfège. Ils prennent une partition quand même pour "quand ça monte ou ça descend", refusent d'écrire sur leur partition parce que "ça les salie" et jouent très bien lorsqu'il savent leur partie. Mais s'ils apprennent faux, il est impossible de les faire changer. Ils sont perdus lors du déchiffrage de nouveaux morceaux, leur chanter le début d'un morceau déjà travaillé quand on le prend. Ensuite "ça roule" !!!

5. Posté le 22 février 2016 à 08h02 par lionel93


Bonjour

Le solfège ne devient indispensable que si l’on veut faire passer une chanson ou simplement une musique à ceux qui savent lire une partition rédigée dans la notation conventionnelle. Autrement ce n’est absolument pas indispensable dans la – pratique – d’un instrument. Il y a effectivement de très nombreuses personnes qui jouent instinctivement et d’oreille sur leur instrument. Seulement s’ils veulent expliquer à d’autres personnes comment ils font pour jouer une chanson, ils ne peuvent pas. Ou alors en utilisant des petits dessins sur la position des doigts.
Youtube est un très bon outil avec les nombreux tutos pour montrer comment un musicien procède pour jouer un air nouveau. Pas besoin de partition. Pas besoin de savoir écrire la musique.

4. Posté le 21 février 2016 à 18h21 par Papycacou


Je ne sais pas si le solfège et réducteur de la création mais ce que je peux dire est que depuis plus de 65 ans que je joue , j'ai fait parti de groupes dont les membres ne lisaient pas et c'était répétitions sur répétitions et d'autres ou tout le monde était lecteur et quelques répèt. suffisait. je fais du jazz, de la chanson française et du classique et je ne vois pas comment monter des œuvres du répertoire sans connaitre un minimum de solfège. Mais c'est mon opinion.

3. Posté le 21 février 2016 à 17h52 par mayabis


bonjour, merci pour cet article intéressant ...
Pour ma part, le solfège a toujours été un moyen de progresser et de communiquer ... au secours de l'autodidacte
mais pour le jeune musicien qu'on abreuve ... je comprends que le ressenti soit moins glamour ...
le solfège c'est infini, comme les maths ...
et tant mieux

2. Posté le 21 février 2016 à 17h39 par anselme


Bonjour,
Il y a une quarantaine d'années de cela, Michel Petrucciani est l'invité vedette du stand Yamaha au salon international des marques d'instruments de musique (je crois que c'était à Francfort). On demande au géant (sic) du piano de faire une démonstration sur le premier Clavinova. Il s'exécute d'autant plus volontiers que la prestation est très largement rétribuée. Ce que "Petruche" ne sait pas, c'est qu'une interface midi est branchée sur son clavier et que les techniciens de chez Yamaha ne perdent pas une seule note de l'improvisation du maestro. Quelques temps plus tard, Yamaha invite à nouveau Petrucciani sur un autre salon et (off record) lui sortent une partition très noircie. Ils lui demandent de bien vouloir la jouer sur leur prodigieux Clavinova. Le pianiste examine la partition, écarquille les yeux et dit très simplement : "je suis incapable de jouer ça". Vous aurez compris que l'on venait de lui mettre sous les yeux la partition de l'impro qu'il avait jouée quelques jours auparavant.
Je pense que cette anecdote est à considérer comme un point de vue éclairant. Je dirais, en épilogue, que le solfège est réducteur de création.

1. Posté le 22 février 2016 à 02h40 par MAUS


Le solfège menant à la lecture musicale (au maximum à lecture à vue) c'est bien la VOIE ROYALE, mais elle laisse sur le bord du chemin bien trop d'exclus, et beaucoup de personne qui par préjugé n’essayerons même pas.
En tout cas sa maîtrise n'est pas chose aisée, il ne restera que quelques élus.
Moi j'ai (relativement) contourné mes obstacle en mettant au point la notation MAUS (pour clavier), j'ai maintenant le plaisir d’entraîner derrière moi quelques personnes abordant le piano par le biais de cette notation (surtout adapté pour les accords et la notation de parties improvisées).
L’inconvénient lorsque je part de partitions conventionnelles c'est que je dois tout réécrire dans ma notation (et quelle 'est pas aussi précise que le solfège).
NB je signale par gratitude que c'est le site partition de chanson qui en premier m'a donné l'opportunité de présenter un peu ma notation, mais il 'est pas facile de poster les articles et c'est plus simple sur un blog à soi (du coup, ce que j'ai déjà écrit sur ce site assez est incomplet et il manque des illustrations).
En tout cas oui, "la musique ne vient pas forcément de la tête, elle peut aussi venir du cœur."