Accueil Blog Musique

← Retour à l'accueil du site
Rechercher un article
le-roi-est-mort-vive-le-roi

Y a-t-il encore des rois de la musique ?

Le roi est mort, vive le roi !

Par Lionel le 19 décembre 2016.


Le Roi de la Pop au niveau mondial, Michael Jackson n'est plus qu'à peine son successeur, Prince suis le même chemin. Depuis longtemps, il voyait la pluie rose et l'abus de substances un peu trop dosées, lui fait voir la vie de l'autre côté du tunnel.

Et en France ?

En France, nous aussi, nous avons eu nos Rois avec André Verchuren pour l'accordéon et tous ceux qui comme dans un peloton espéraient devenir maillot jaune. Yvette Horner en tête.

L'accordéon, étant désigné comme le piano du pauvre, il n'a pas vraiment survécu à la légende et avant qu'il y ait un nouveau Roi du piano à bretelle, j'ai peur que ce sera le jour où la Seine sera asséchée.

Nos jeunes, même avec Claudio Capéo, ne sont pas attirés par cet instrument.

En France, certainement pour faire vendre des disques, il y a toujours eux de très bons instrumentistes qui étaient au-dessus du lot. Mais c'était bien avant internet. Donc, dans l'ignorance, nous avons pour certains d'entre-nous, aimé, Fausto Papétti, Claude Ciari, André Rieu, Maurice André et Georges Jouvin (trompette d'or), décédé récemment.

Où sont les champions ?

Avec internet, il est maintenant plus facile d'écouter ce qui se joue ailleurs et les LANG LANG pour le piano, Lindsay Stirling pour le violon et encore d'autres. Maintenant on peut se poser la question : Pourquoi n'y a-t-il plus en France de champions, de Rois, d'instrument d'Or ? Démotivation ? Mauvais profs ? Le coût d'une heure de musique ? Le prix des instruments ? Le prix des partitions ?

Les concours sont-ils trop en vase clos ? Un jour comme programme TV ? Pourquoi pas ! Je n'ai pas vraiment la réponse car c'est certainement l'ensemble de tout cela qui fait que les parents aujourd'hui ne peuvent plus donner des heures de cours à leurs progénitures. La télévision essaye d'aller à la pêche aux talents, avec les futures voix et les nouveaux prodiges mais c'est toujours piano et violons. À quand un super saxophoniste qui décoiffe ou un nouveau Jean-Pierre Rampal ?

Quel est votre avis ?


Image : Capture d'écran vidéo Youtube


Réagissez à cet article

Nom ou pseudo :


Adresse Email (facultatif) :


Anti-spam. Combien font Opération



4. Posté le 01 janvier 2017 à 17h39 par CP1957aga


Je suis issu d'une famille d'amateurs de musiques classique et jazz mais pas eux même musiciens sauf un arrière grand père autodidacte qui jouait du cornet dans la fanfare municipale et dispensait gratuitement son savoir prétextant qu'il s'agissait d'un don divin et donc ,,,,non monnayable. A 13 ans j'ai commencé la guitare classique avec une prof à la psychologie d'un poisson rouge, après 2 ans d'exercices "chiants" je maitrisais 2 pièces musicales qui mon valu un prix d'honneur lors du concours du conservatoire de musique de ma ville ( la prof était aux anges , elle avait prouvé sa compétence),,,,,,,,,,,,,,,,,,sauf que timide comme je l'étais à l'époque, je fus malade ( tripes en vrac) de cet exercice en public , moi qui ne voulait jouer que pour MON PLAISIR. Résultat , je rentrai à la maison et posa définitivement l'instrument .Il y a 4 ans de cela à 55 ans je me mis au saxophone avec un musicien amateur prof de physique de son état; à chaque cours , un morceau nouveau à déchiffrer , classique , jazz , variété, avec difficultés croissante mais surtout DU PLAISIR , et pas de préparations d'examens. Au bout d'une année je me suis passé de son aide et progresse seul .41 ans à avoir regretté l'arrêt de la musique avant d' avoir eu le courage de reprendre. Probablement ne serais je pas devenu un champion , mais qui sait ? d'autres jeunes ont peut être eu une expérience similaire qui leurs à fait abandonner la musique ? La musique est un plaisir , et pour débuter , faisons fi de l'académisme , ensuite si on veut devenir pro , c'est une autre histoire . Pour obtenir des "champions" il faut au départ beaucoup de jeunes débutants qu'il ne faut pas décourager par un enseignement inadapté ; la musique doit être un jeux (ne dit on pas jouer d'un instrument) et un plaisir et au terme école de musique je préfèrerait celui de récréation de musique , sans examens sans concours .................

3. Posté le 27 décembre 2016 à 18h46 par guillot rené


j'ai la chance d'être issu de famille de musicien amateur, je suis clarinette sib et sax tenor ,et j'ai mis ma femme au piano depuis 10 ans (une merveille)à écouter et une petite fille de8 ans qui adore l'accordeon , que rêver de plus , la musique est comme la mode çà tourne , enfin j'espère

2. Posté le 24 décembre 2016 à 11h50 par lionel93


Ce constat est bien vu et malheureusement à qui la faute ? Il y a des radios spécialisées dans ce genre de musique et avec internet il est facile d'aller voir presque tous les musiciens dans des vidéos. Qu'est-ce qui pêche pour que cette musique ne soit pas mise plus en avant par les radios généralistes ? Pourquoi la - culture - française est limitée au Top 50 avec de la musique Gitane en tête ? L'éducation nationale ? L'accès aux salle de concert ? Le prix du disque ? Je n'ai pas la solution;
Quoi qu'il en soit, la musique classique et le jazz ne sont pas ma tasse de thé. Et j'ai pourtant fait des efforts pour écouter et voir.

1. Posté le 20 décembre 2016 à 10h22 par JPH 50


L'article mélange champions du commerce (André Rieu, Georges Jouvin, André Verchuren etc ...) et véritables virtuoses (Lang Lang, Maurice André). La première catégorie (qui, malgré tout exigeait un gros travail sur l'instrument) est passée de mode. De nos jours, jouer du synthé avec un doigt ou connaître trois accords de guitare (surtout quand on a une belle gueule) peut être plus prometteur pour une carrière que de faire de longues heures de gammes sur une trompette. Mais dans la deuxième catégorie, on a en France de très très grands champions classiques ou jazz. Mais le commun des auditeurs et les médias les ignorent. Bonne année à tous, et écoutez du jazz et du classique !