Accueil Blog Musique

← Retour à l'accueil du site
Rechercher un article
le-roi-est-mort-vive-le-roi

Y a-t-il encore des rois de la musique ?

Le roi est mort, vive le roi !

Par Lionel le 19 décembre 2016.



Le Roi de la Pop au niveau mondial, Michael Jackson n'est plus qu'à peine son successeur, Prince suis le même chemin. Depuis longtemps, il voyait la pluie rose et l'abus de substances un peu trop dosées, lui fait voir la vie de l'autre côté du tunnel.

Et en France ?

En France, nous aussi, nous avons eu nos Rois avec André Verchuren pour l'accordéon et tous ceux qui comme dans un peloton espéraient devenir maillot jaune. Yvette Horner en tête.

L'accordéon, étant désigné comme le piano du pauvre, il n'a pas vraiment survécu à la légende et avant qu'il y ait un nouveau Roi du piano à bretelle, j'ai peur que ce sera le jour où la Seine sera asséchée.

Nos jeunes, même avec Claudio Capéo, ne sont pas attirés par cet instrument.

En France, certainement pour faire vendre des disques, il y a toujours eux de très bons instrumentistes qui étaient au-dessus du lot. Mais c'était bien avant internet. Donc, dans l'ignorance, nous avons pour certains d'entre-nous, aimé, Fausto Papétti, Claude Ciari, André Rieu, Maurice André et Georges Jouvin (trompette d'or), décédé récemment.

Où sont les champions ?

Avec internet, il est maintenant plus facile d'écouter ce qui se joue ailleurs et les LANG LANG pour le piano, Lindsay Stirling pour le violon et encore d'autres. Maintenant on peut se poser la question : Pourquoi n'y a-t-il plus en France de champions, de Rois, d'instrument d'Or ? Démotivation ? Mauvais profs ? Le coût d'une heure de musique ? Le prix des instruments ? Le prix des partitions ?

Les concours sont-ils trop en vase clos ? Un jour comme programme TV ? Pourquoi pas ! Je n'ai pas vraiment la réponse car c'est certainement l'ensemble de tout cela qui fait que les parents aujourd'hui ne peuvent plus donner des heures de cours à leurs progénitures. La télévision essaye d'aller à la pêche aux talents, avec les futures voix et les nouveaux prodiges mais c'est toujours piano et violons. À quand un super saxophoniste qui décoiffe ou un nouveau Jean-Pierre Rampal ?

Quel est votre avis ?


Image : Capture d'écran vidéo Youtube


Réagissez à cet article

Nom ou pseudo :


Adresse Email (facultatif) :


Anti-spam. Combien font Opération



6. Posté le 26 janvier 2017 à 23h27 par jeanaipas


oui, d'accord. mais moi, ce que je ne comprend pas c'est l'atitude des consomateurs de cette musique. car en general il faut dire que les jeunes sont chaque fois plus (mieux ?) éduqués. ils devraient etre capables de choisir, et en plus ils cherchent tous à se distinguer des autres, ce qui est normal. Il y a dans la nature humaine une tendance a se fondre dans la masse et une peur a avoir son propre gout. voyez les jeunes qui vont au college, ils sont tous habilles pareil, ils n'ont pas besoin d' uniforme oficiel, tous avec une capuche, un pantalon mal taillé , une casquette á visiere etc... gare á celui qui oserait se faire remarquer avec une chemise et cravate!!!

5. Posté le 25 janvier 2017 à 22h21 par Ravoux Miguel.


Coup de gueule d’un musicien.
Pourquoi Lady Gaga et David Guetta tuent la musique
Il est vrai qu’il est courant de critiquer et de qualifier de médiocre la musique de David Guetta et Lady Gaga. Mais de là à dire qu’ils tuent la musique ! N’est ce pas à un peu exagéré ? A vous de le découvrir dans la suite de l’article !
Avertissement : Avant d’émettre une quelconque critique ou un quelconque jugement, je vous invite tout d’abord à lire l’intégralité de l’article (un peu long je vous l’accorde) au titre volontairement polémique.
Serais-je devenu fou pour m’attaquer au DJ le plus populaire de la planète et à la « diva de la pop » ayant vendu plus de 103 millions de disques à travers le monde ? (Je vais m’en faire des amis tiens ). N’est-ce pas paradoxal pour un site traitant de composition musicale que de critiquer ce qui se fait de mieux en termes de ventes dans l’industrie musicale actuelle ? Car après tout, si ça se vend si bien, c’est que ça ne doit pas être si mauvais non ? Et puis franchement, tous les goûts sont dans la nature pas vrai ? Alors qui suis-je pour prétendre que telle musique est bonne et que telle autre ne l’est pas ? C’est clair qu’il est possible que je n’apprécie pas ces artistes à titre personnel, mais de là à dire qu’ils tuent la musique et d’en faire un article c’est franchement exagéré non ?
Eh bien je dirai que non. Bien entendu, je comprends que certaines personnes puissent apprécier leurs titres. Et bien sûr, je sais pertinemment que la perception de la musique est quelque chose de totalement subjectif, et qu’il m’est à ce titre difficile d’émettre une critique envers un genre musical particulier. Mais au-delà de leur musique, il existe quelque chose de profondément dérangeant chez ce genre « d’artistes » dont j’aimerais vous parler.
L’avènement d’une musique-marketing
Afin d’éviter toutes confusions, j’aimerais tout d’abord définir le sujet de ma critique et le courant musical que je pointe à travers cet article. Que ce soit clair : je n’ai rien contre Lady Gaga et David Guetta en particulier (l’article aurait très bien pu s’appeler « Pourquoi LMFAO ou Pitbull tuent la musique »), mais si j’ai choisi ces deux-là pour le titre de l’article, c’est parce qu’ils représentent parfaitement une dérive que je hais au plus haut point : celle de la musique marketing.
La musique marketing, c’est le fait de faire de la musique dans l’unique but d’engendrer un profit. Autrement dit, faire de la musique marketing, c’est considérer que la musique n’est pas une fin en soi, mais un moyen permettant d’atteindre un autre but : celui de faire de l’argent.
Il est important de ne pas confondre ce concept avec celui de musique commerciale : la musique commerciale étant pour moi une musique populaire passant régulièrement à la radio. Même si la musique commerciale peut être musique marketing, ce n’est pas systématiquement le cas. Il existe en effet des chansons ayant connu leur succès, passant régulièrement sur les ondes, mais créées dans un but purement artistique.
Et attention aux autres amalgames: je ne dis pas non plus que le marketing est une mauvaise chose pour la musique (c’est même essentiel), ni que les artistes ne devraient pas faire d’argent grâce à leur musique (encore heureux), non, tout ce que je dis, c’est que la création d’une musique dont le but premier est le profit (ce que font clairement Lady Gaga et David Guetta) peut avoir des conséquences désastreuses sur la musique en général. Et je vais vous montrer pourquoi dans la suite de cet article.
4 accords pour une chanson
Outre le fait de reléguer la musique au simple rang d’outil et donc de dénaturer sa véritable nature (celle d’être un art), la musique marketing est une aberration par définition. En effet, si le but et la raison d’être de la musique marketing est de générer le plus grand profit, alors elle se doit de toucher le plus de monde possible. Plus l’entreprise à de clients, et plus elle génèrera de bénéfices, logique. Or, si on continue notre petit parallèle avec l’économie : quel est le moyen le plus sûr de toucher le plus grand nombre de prospects ? Facile : proposer un produit qui plait et qui correspond à tous types de publics. Et selon vous, quel genre de produits s’adapte le plus à la masse ? Bingo, vous l’avez mis dans le mille : les produits basiques.
La musique marketing est donc taillée pour plaire aux masses, et si cette dernière est si lisse, répétitive, et sans intérêt, ce n’est pas par défaut mais par choix : statistiquement elle aura ainsi plus de chance d’être appréciée par un nombre important d’individus, et donc de générer d’avantage de profits.
C’est pourquoi les producteurs n’hésitent pas à utiliser sans scrupules et de façon incessante la même recette pour générer des « tubes » à la chaine. Vous vous souvenez de mon article consacré aux 4 accords magiques ? C’est exactement ce dont il s’agit. Il n’existe aucun élan de création artistique dans ce genre de musique. Une matrice efficace a été trouvée, et il suffit simplement de l’appliquer pour que l’affaire soit pliée. 45 des 60 meilleurs chansons club de ces deux dernières années ont été composées à l’aide des 4 mêmes accords : Fa, Sol, Lam et Do. Ce qui veut dire que 75% des chansons que l’on vous propose aux hits parades possèdent strictement la même structure. Sérieux, vous ne trouvez pas qu’on se moque un peu de vous ?
Alors oui, bien sûr il n’est pas donné à tout le monde de faire des tubes. Ces chansons possèdent d’ailleurs un travail de production formidable, mais si on regarde l’aspect composition dans son sens le plus pur, toutes ces musiques sont d’une pauvreté incroyable.
Un DJ qui mixe sans les mains, une chanteuse qui vend son image plus que sa musique
En creusant un peu, on se rend compte que Lady Gaga et David Guetta (pour ne citer qu’eux), sont vraiment forts pour faire entrer leur musique dans une dimension purement économique, et pour accentuer le processus d’industrialisation musicale. Même s’ils utilisent des stratégies bien distinctes, ces deux « artistes » ont chacun mis en place des techniques dignes des plus grands chefs d’entreprises pour faire tourner leur business.
Pour le premier, son cas devrait être un modèle pour toutes les grandes écoles de commerces qui se respectent. En effet, les chansons connues dans le monde entier et signées « David Guetta » sont dans la grande majorité des cas composées par les autres. Devinette : Qui a composé la grande majorité des titres de David Guetta sur ces trois premiers albums ? David Guetta ? Perdu ! C’est Joachim Garraud ! Pas mal non ? Un mec qui se fait aduler et payer des millions d’euros pour des titres qui ne sont pas les siens… Sur ce point-là, je tire mon chapeau. Autant en tant que musicien, je trouve qu’il ne vaut pas grand-chose, mais en tant que businessman, c’est un très grand monsieur. Big-up David
Dans l’économie, c’est ce qu’on appelle l’externalisation : l’entreprise délègue à des prestataires extérieurs des tâches qui ne relèvent pas de son cœur de métier. David Guetta lui, n’est donc que le producteur, autrement dit l’investisseur : il apporte les fonds permettant de financer le projet musical. Mais puisqu’il finance l’opération, les droits de la chanson lui appartiennent, ce qui lui permet de poser légitiment son nom (euh, sa marque pardon) dessus. Vous comprenez donc maintenant pourquoi chaque fois que quelqu’un me soutient que « David Guetta fait de la bonne musique », ça me fait doucement sourire.
Pour Lady Gaga, c’est un peu différent. Je reconnais que la miss joue du piano, et qu’elle participe à la composition de ces titres. Cependant, tout comme notre ami David, la Lady possède la fâcheuse tendance de faire entrer sa musique dans une logique d’efficacité économique. Et son arme à elle, c’est le marketing et la communication. Tout est bon pour faire parler de soi, et à posteriori seulement, de sa musique. Je ne critique pas cette stratégie, elle est même très efficace. Ce que je trouve dommage, c’est que son cas prouve qu’il est parfaitement possible qu’un musicien accède aujourd’hui à une notoriété durable par l’intermédiaire d’autre chose que de sa musique. Certains parleront de génie artistique et de création d’univers, moi je parle plutôt d’artifices et de provocations incessantes dans le but de masquer des compositions creuses. Je ne remets pas en cause le fait de créer un univers : David Bowie, Kiss, Klaus Nomi l’ont d’ailleurs fait à merveille. Mais eux au moins, ils avaient aussi la musique. Et surtout, ils n’étaient pas obligés d’aller dans la surenchère pour pouvoir exister au fil du temps.
Cette stratégie du marketing de choc et de la provocation est très répandue dans le monde économique. Elle est notamment utilisée avec succès par Michael O’Leary, le PDG de Ryanair.
Avez-vous le choix de ce que vous écoutez ?
Vous allez seulement me dire que j’exagère, que je tire des conclusions hâtives et qu’au final Lady Gaga, David Guetta et tous les artistes de ce genre ne font de mal à personne. Certes ils font de la musique pour s’enrichir mais après tout, ça les regarde non ? Ok, ce sont des businessmans plus que des musiciens, mais ensuite ? Quel mal y’a-t-il à cela ?
J’aurai surement partagé ce point de vu si le matraquage médiatique de leurs chansons n’était pas si important. Je comprends parfaitement qu’un artiste ait à communiquer pour attirer vers lui de nouveaux auditeurs, mais entre communiquer pour faire connaître un produit, et communiquer pour l’imposer, il y a une énorme différence. Chaînes musicales, radio, presse, Top 50, ce sont toujours les mêmes chansons qui y sont représentées. Comment pouvez-vous me faire croire que j’ai la liberté d’écouter ce que je souhaite si 75% des musiques diffusées dans les lieux publiques et dans les médias de masses sont les mêmes ?
Et c’est ça qui me dérange et que je trouve destructeur : leur musique est tellement diffusée, que les gens finissent par l’accepter, et surtout, finissent par accepter qu’une musique aussi pauvre puisse devenir la norme musicale. Pourquoi croyez-vous qu’il y ait autant de chansons pourries années après années ? Si Sofiane à bien réussi à faire un hit avec Nabila, pourquoi les autres iraient se fouler à créer de la musique recherchée ?
Pour que vous vous rendiez bien compte de la puissance et de la raison d’être de ce matraquage médiatique, je vous invite à imaginer la situation suivante :
Imaginez un monde où les médias ne feraient l’éloge que d’une seule et unique marque de pâtes. Imaginez ensuite que ces pâtes soient présentes en immense majorité dans votre magasin. Vers quelle marque de pâtes vous dirigeriez vous spontanément une fois en magasin ? Vers les pâtes inconnues du fond du rayon ? Ou plutôt vers les pâtes constamment présentées à la télé et magnifiquement exposées en têtes de gondoles ? En analysant à postériori cette situation, pensez-vous réellement que vous avez été libre de choisir la marque de pâtes de votre choix ? Bien sûr, fondamentalement vous avez toujours le choix de choisir la marque que vous voulez, mais pensez-vous sincèrement que les chances de choisir la marque de votre choix soient égales au départ? (Et si vous rajoutez à cela le fait que le goût de ces pâtes ait été étudié pour s’adapter au plus grand nombre, vous comprendrez alors la raison du succès de ces pâtes et donc de la musique marketing en général).
Et c’est là l’autre danger de la musique-marketing : elle rétrécie nos choix et nos perspectives musicales en nous imposant un type de musique unique. De plus, cette pratique a pour autre conséquence d’occulter les artistes méritant réellement de figurer en haut des charts. Trouvez-vous normal de devoir fouiller des heures sur internet pour trouver de la musique qui vous plaise quand Sexion d’Assaut et Colonel Reyel passent en boucle à la radio ? Et à votre avis, pourquoi ce type d’artistes passent constamment sur les ondes ? Parce que leur musique vaut la peine d’être diffusée ? Bien sûr que non ! Encore une fois, c’est la logique commerciale qui prime. Saviez-vous par exemple que Fun Radio était l’un des plus importants partenaires commerciaux de David Guetta ?
Voilà donc un autre paradoxe et une autre dérive de ce type de musique : dans un monde ou la musique est normalement considérée comme un art, les valeurs définissant la popularité d’une chanson sont très très loin d’être artistiques.
Vers une uniformisation et une régression de la culture
Il existe une autre conséquence néfaste liée au fait de considérer la musique comme pur outil de performance économique. En effet, créer en masse les mêmes musiques, favorise l’uniformisation culturelle, et ce phénomène peut-être relativement dangereux. D’une part parce que sans diversité il n’y a pas de richesse, et d’autre part parce que sans évolution, une entité est forcément condamnée à mourir sur le long terme.
Vous n’êtes pas sans savoir que les différents courants musicaux proviennent d’une évolution des genres du passé grâce à une innovation qui a eu lieu à un certain moment. Par exemple, le blues a donné naissance au rock’n’roll grâce à une accélération du tempo général, et le reggae provient quant à lui de l’utilisation de l’écho dans la structure rythmique du Rhythm’n’blues. Or, comment faire évoluer un genre musical ne présentant aucune originalité et restant constamment fixe au cours du temps ? Comment engendrer une évolution et de nouveaux courants musicaux avec une musique qui se répète ? Quel est donc l’avenir de cette musique ? Et quel est donc l’avenir de la musique en générale, puisque malheureusement ce courant musical devient majoritaire et normé ?
Et plus que la musique en elle-même, on touche ici directement à la régression de la culture au sens large, la musique étant pour moi un élément essentiel de la culture. Chaque type de musique a en effet permis d’exprimer un message, ou représenter une idéologie à travers l’histoire : Le blues à par exemple porté le message de la condition du noir américain du 19èmesiècle, le rock psychédélique celui du mouvement hippie des années 70, le rap celui du soulèvement du Bronx, et le jazz à quant à lui permis la rencontre et la fusion des cultures occidentales et africaines. Vous voyez donc bien que chaque courant musical est intimement lié à l’Histoire. Au fil des siècles, la musique a ainsi contribué à participer ou à exprimer des évènements importants de l’histoire de l’Homme.
Mais dites-moi, que peut bien raconter une musique ne portant aucun message ? Quel aspect culturel peut bien revendiquer une musique qui n’a pas d’autre raison d’être que celle de créer de l’argent ? Créer de la musique pré-formatée, n’exprimant rien, et n’ayant aucun but propre, participe donc à priver la musique de sa dimension sociale et culturelle.
Conclusion
J’ai volontairement poussé certaines réflexions afin de vous inciter à réfléchir sur ce genre musical de plus en plus envahissant. Je reste personnellement convaincu que la musique est moyen d’expression extraordinaire et qu’il est consternant de voir qu’elle en soit réduit à devenir de plus en plus un simple outil économique. En attendant, je suis très bien comme je suis à écouter des musiques qui me font vibrer, et qui au moins ne sont pas vides comme des coquilles.
Ps : J’aurai très bien pu évoquer les cas de plagiats gravitant autour de toutes ces musiques et de tous ces artistes. Mais je m’en suis abstenu par soucis de longueur d’article.



4. Posté le 01 janvier 2017 à 17h39 par CP1957aga


Je suis issu d'une famille d'amateurs de musiques classique et jazz mais pas eux même musiciens sauf un arrière grand père autodidacte qui jouait du cornet dans la fanfare municipale et dispensait gratuitement son savoir prétextant qu'il s'agissait d'un don divin et donc ,,,,non monnayable. A 13 ans j'ai commencé la guitare classique avec une prof à la psychologie d'un poisson rouge, après 2 ans d'exercices "chiants" je maitrisais 2 pièces musicales qui mon valu un prix d'honneur lors du concours du conservatoire de musique de ma ville ( la prof était aux anges , elle avait prouvé sa compétence),,,,,,,,,,,,,,,,,,sauf que timide comme je l'étais à l'époque, je fus malade ( tripes en vrac) de cet exercice en public , moi qui ne voulait jouer que pour MON PLAISIR. Résultat , je rentrai à la maison et posa définitivement l'instrument .Il y a 4 ans de cela à 55 ans je me mis au saxophone avec un musicien amateur prof de physique de son état; à chaque cours , un morceau nouveau à déchiffrer , classique , jazz , variété, avec difficultés croissante mais surtout DU PLAISIR , et pas de préparations d'examens. Au bout d'une année je me suis passé de son aide et progresse seul .41 ans à avoir regretté l'arrêt de la musique avant d' avoir eu le courage de reprendre. Probablement ne serais je pas devenu un champion , mais qui sait ? d'autres jeunes ont peut être eu une expérience similaire qui leurs à fait abandonner la musique ? La musique est un plaisir , et pour débuter , faisons fi de l'académisme , ensuite si on veut devenir pro , c'est une autre histoire . Pour obtenir des "champions" il faut au départ beaucoup de jeunes débutants qu'il ne faut pas décourager par un enseignement inadapté ; la musique doit être un jeux (ne dit on pas jouer d'un instrument) et un plaisir et au terme école de musique je préfèrerait celui de récréation de musique , sans examens sans concours .................

3. Posté le 27 décembre 2016 à 18h46 par guillot rené


j'ai la chance d'être issu de famille de musicien amateur, je suis clarinette sib et sax tenor ,et j'ai mis ma femme au piano depuis 10 ans (une merveille)à écouter et une petite fille de8 ans qui adore l'accordeon , que rêver de plus , la musique est comme la mode çà tourne , enfin j'espère

2. Posté le 24 décembre 2016 à 11h50 par lionel93


Ce constat est bien vu et malheureusement à qui la faute ? Il y a des radios spécialisées dans ce genre de musique et avec internet il est facile d'aller voir presque tous les musiciens dans des vidéos. Qu'est-ce qui pêche pour que cette musique ne soit pas mise plus en avant par les radios généralistes ? Pourquoi la - culture - française est limitée au Top 50 avec de la musique Gitane en tête ? L'éducation nationale ? L'accès aux salle de concert ? Le prix du disque ? Je n'ai pas la solution;
Quoi qu'il en soit, la musique classique et le jazz ne sont pas ma tasse de thé. Et j'ai pourtant fait des efforts pour écouter et voir.

1. Posté le 20 décembre 2016 à 10h22 par JPH 50


L'article mélange champions du commerce (André Rieu, Georges Jouvin, André Verchuren etc ...) et véritables virtuoses (Lang Lang, Maurice André). La première catégorie (qui, malgré tout exigeait un gros travail sur l'instrument) est passée de mode. De nos jours, jouer du synthé avec un doigt ou connaître trois accords de guitare (surtout quand on a une belle gueule) peut être plus prometteur pour une carrière que de faire de longues heures de gammes sur une trompette. Mais dans la deuxième catégorie, on a en France de très très grands champions classiques ou jazz. Mais le commun des auditeurs et les médias les ignorent. Bonne année à tous, et écoutez du jazz et du classique !