Accueil Blog Musique

← Retour à l'accueil du site
Rechercher un article
commencer-un-instrument-5-erreurs-a-eviter

Les 5 pièges à éviter quand on débute un instrument

Par Jean-Baptiste le 10 janvier 2017.


Lorsque l'on commence un instrument, quel que soit l'âge, il y a une petite excitation que l'on nomme motivation qui est très présente. Elle est essentielle ; c'est elle qui va nous faire franchir le pas : trouver le financement, acquérir un instrument, trouver les partitions qui nous plaisent, se mettre à la recherche d'un professeur ou d'une méthode adaptée. Mais il ne faut pas non plus laisser cette motivation nous déborder et nous faire faire des choix que l'on pourrait regretter plus tard. Voici cinq erreurs très communes lorsque l'on débute un instrument. Les éviter nous permettra de dépasser le coup de foudre initial et de travailler sur la durée.

1 - Un instrument trop cher

À moins que vous ayez la chance d'avoir récupéré un instrument gratuitement, le moment où il faudra sortir la somme necessaire à l'achat de votre partenaire musical n'est pas anodin. Je ne vais pas vous dire qu'il faut choisir du bas de gamme, bien au contraire, mais je conseille toujours de se méfier de l'esprit de départ qui nous fait dire qu'on peut casser son PEL parce que, de tout façon, dans dix ans, on sera comptant d'avoir acheté un instrument haut-de-gamme. Je ne suis pas là pour gérer votre budget mais ça me semble être risqué... Évitons de brûler les étapes. Visons le moyen-de-gamme ou l'instrument d'occasion voire de location pour commencer. Il en va de même s'il s'agit de votre instrument ou de l'instrument de votre enfant.

2 - Ne pas se donner les moyens

L'inverse est encore plus dommageable pour votre apprentissage. Malgré les conseils de votre professeur, vous conservez votre saxophone sans marque des années 1960, vous continuez de travailler sur un clavier électronique alors que vous souhaitez apprendre le piano, le vrai, vous avez visé les guitares/jouets pour les débuts de votre enfant. Vous ne vous donnez pas les moyens de réussir. Tout ne se fera pas tout seul. Un instrument n'est pas donné, c'est ainsi ; il faudra chercher celui qui vous convient sans vous ruiner mais il ne pourra pas se situer dans le bas-de-gamme car vous allez le regretter vite et cela freinera votre progression.

3 - Rythme trop soutenu

C'est une erreur extrêmement commune et même difficile à éviter. Peut-être y arriverez-vous si vous êtes mis en garde. Si la motivation vous fait partir sur un rythme de travail très soutenu (plusieurs fois pas semaine, une heure ou plus), on peut voir ça de façon positive mais si vous êtes étudiant, parent ou que vous avez un emploi, vous ne tiendrez pas ce rythme. C'est ainsi, c'est presque une formule. Le danger est que, voyant que vous ne pouvez pas tenir le rythme, vous arrêtiez tout. Je l'ai très souvent constaté. Autant partir dès le départ avec un rythme qui ne casse pas radicalement vos anciennes habitudes, quitte à viser plus haut la deuxième année, si tout est bien en place.

4 - Espérer des progrès linéaires

Lorsque l'on ne connaît pas cette autre formule (mathématique, presque), on peut être très déçu. En musique, il ne faut pas espérer des progrès linéaires. En un an, lorsque l'on a bien bossé, on passe de "rien" à "je peux jouer plein de morceaux simples". Mais si vous pensez qu'au bout de deux ans, vous pourrez "jouer plein de morceaux de difficulté moyenne" ou au bout de trois ans "jouer plein de morceaux difficiles", c'est que vous n'êtes pas au courant : les progrès en musique ne sont pas linéaires. Au bout d'un moment, il faut plus de temps pour surpasser des difficultés. On peut aussi avoir l'impression que l'on stagne ; c'est rarement vrai. Tant que l'on travaille, on avance. Simplement, les progrès sont moins facilement visibles.

5 - Vouloir avancer trop vite

On pourrait croire qu'il s'agit de la même chose que le N°3, mais pas du tout. Je parle ici du piège de viser le "C'est bon, j'y arrive" au lieu de "Ça y est, en respectant les consignes, je sais jouer ce morceau correctement". Je prends l'exemple du piano : Si vous vous crispez, que vos doigts sont tout tendus mais que vous jouez les bonnes notes avec les bons rythmes, vous pourrez avoir l'impression d'avoir réussi, MAIS... premièrement, vous n'êtes pas une machine et dans ces conditions, le morceau ne risque pas de sonner très joliment. Deuxièmement, tendu comme ceci, vous aurez beaucoup de mal à jouer des morceaux plus rapides ou plus difficiles et il faudra alors revenir en arrière, apprendre à vous décontracter avant de pouvoir passer à la suite. Dernièrement, vous risquez de vous faire mal, vous risquez la tendinite. La décontraction est un point important sur lequel j'ai toujours insisté énormément avec tous mes élèves, en cours particulier comme en cours ene ligne.

En espérant avoir pu, humblement, vous aider à débuter votre instrument de musique dans les meilleures conditions tout en maintenant la flamme allumée le plus longtemps possibleet si possible éternellement.


Réagissez à cet article

Nom ou pseudo :


Adresse Email (facultatif) :


Anti-spam. Combien font Opération



2. Posté le 15 janvier 2017 à 06h16 par lionel93


MELODIE – ACCOMPAGNEMENT – TRANSPORT -CHANT

Dans le choix d’un instrument, il y a des critères qu’il faut aussi prendre en compte. Si c’est les parents qui décident du choix musical de l’enfant, il sera toujours possible pour celui-ci en grandissant de changer d’avis et d’instrument.
Si le choix se porte sur un instrument de – bouche – vous ne pourrez pas chanter en même temps que vous l’utiliserez. Harmonica – clarinette – flute traversière, etc
Vous pourrez par contre facilement vous déplacer avec quoi que …il y a certains instruments très volumineux plutôt destiné aux fanfares.
Il y a des instruments qui sont plus destinés pour jouer des mélodies et d’autres pour l’accompagnement musical.
Un guitariste pourra jouer un solo ou au contraire battre la rythmique en enchainant des accords et il pourra également chanter pendant qu’il joue. S’il est très doué, avec la méthode du picking, il pourra en même temps jouer la mélodie qui se confondra avec la rythmique. Pour le transport, cela ne pose aucun problème. Il y a de très bons étuis rigides qui protègent très bien l’instrument.
Un pianiste pourra lui aussi faire tout cela, mélodie, accompagnement, chant sans aucune difficulté. Par contre pour le transport, là, c’est un peu plus compliqué .Il faut faire appel à des spécialistes du transport de piano avec des camions et des appareils de levage.
L’accordéon est également un instrument ou tous les critères (titre) sont valables. Vous pouvez chanter en jouant de l’accordéon. Vous pouvez jouer la mélodie en vous accompagnant. Vous pouvez faire parti d’une formation ou jouer tout seul. L’instrument est facilement transportable.
Ensuite, il y a des instruments qui n’ont qu’une seule prédestination. La batterie par exemple n’empêche pas de chanter en jouant, quoiqu’il soit nécessaire dans ce cas de chanter plus fort que l’on tape sur ses toms. Mais c’est avant tout pour – accompagner – battre la mesure – C’est – transportable – mais cela oblige à posséder un gros véhicule. Oublier la Fiat Panda si vous êtes batteur mobile.
Bref, des exemples, il y en aurait autant que pour chaque instrument. Lorsque l’on choisi un instrument, outre son prix, les années d’étude pour arriver à le maîtriser, il faut penser à plein d’autres choses.

1. Posté le 11 janvier 2017 à 09h21 par lionel93


Jouer en duo ou en formation est aussi une solution. Il ne faut pas aussi perdre de vu que -jeune - c'est souvent les parents qui choisissent un peu la destinée musicale ....qui heureusement peut changer en grandissant.